Originaire de Rouen, un brancardier se fait passer pour un étudiant en médecine

Un jeune homme s'est fait passer pour un étudiant en médecine à Paris. Avant d'être démasqué, il a pu assister à des opérations chirurgicales et prescrire des médicaments lors de ses stages.

Archive. Le centre hospitalier de Dieppe fait face à 74 contaminations à la Covid-19 au sein de son effectif.
Archive. Le centre hospitalier de Dieppe fait face à 74 contaminations à la Covid-19 au sein de son effectif. © FTV

C’est une information révélée par nos confrères de FranceInfo. K.F. est un jeune homme âgé de 20 ans employé comme brancardier par l’AP-HP sur le site du CHU de Saclay (Essonne). A la rentrée 2020, il se fait passer pour un étudiant de la faculté de médecine de Paris-Descartes (Paris V). Il se procure une fausse carte d’étudiant et parvient à tromper l’administration de l’université Paris V en prétendant avoir effectué sa première année préparatoire (Paces), obtenu son concours et effectué sa deuxième année (PCEM2) à la faculté de médecine de Rouen.

Dans le contexte sanitaire actuel, il parvient à suivre les cours à distance. Le faux étudiant se lie d’amitié avec de « vrais » étudiants en médecine et intègre également plusieurs associations étudiantes.

En janvier 2021, il parvient à échapper aux partiels organisés en présentiel en prétextant avoir été atteint du Covid-19.

Démasqué lors d’un stage à l'hôpital Saint-Anne spécialisé en psychiatrie

Comme tous les étudiants, K. F. effectue des stages et c’est au moment où il intègre l’hôpital Saint Anne à Paris qu’il est démasqué. Entre temps, il a eu le temps de prescrire à plusieurs reprises des neuroleptiques à des patients (chlorpromazine), comme le confirme un message d’alerte envoyé par l’AP-HP à ses cadres, et qu’a pu consulter FranceInfo. Pour ce faire, il était parvenu à subtiliser des identifiants à des praticiens pour se connecter au logiciel de prescription.

Il avait également assuré des gardes et pénétré plusieurs fois au bloc opératoire de l'hôpital Cochin. En se présentant comme externe, il a pu assister à des interventions.

En novembre et décembre 2020, il n’hésite pas à publier des photos prises au bloc sur son compte Facebook. Sur celle-ci, il demande même le nom des instruments de chirurgie.

 

© France Info

Bonjour je suis étudiant en médecine et je fais souvent des vacs aide op, pouvez-vous me donner le nom des instruments ? Merci

K.F

Convoqué par le doyen de Paris-Diderot

La supercherie du jeune homme prend fin à la mi février 2021. Le doyen de l’université Paris-Diderot le convoque pour un autre motif. L’étudiant s’était armé de toute une série de faux justificatifs pour se présenter à cet entretien.

Saisi le 19 février dernier, le parquet des Hauts-de-Seine a ouvert une enquête préliminaire et saisi la Brigade parisienne de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Contactée par FranceInfo, l'AP-HP confirme avoir identifié cet individu et signalé ces agissements au parquet de Nanterre sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale.

Depuis cette identification, un message interne circule, comportant l’essentiel des faits, la photo, l’identité du brancardier et la consigne de lui interdire tout accès à leurs services. Une enquête interne est également ouverte.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société faits divers justice réseaux sociaux