PORTRAIT. Crimson, rappeur à haut potentiel rouennais

Publié le

Finaliste du concours national 2021 de rap Buzz Booster, Crimson puise son inspiration dans le quartier de la Sablière, à Rouen, où il a grandi. Rencontre d’un jeune surdoué passionné d’écriture.

N’y voyez pas une référence au titre pop rock de Tommy James & The Shondells, Crimson tient son surnom d’un jeu vidéo. Il l’a gardé, comme le souvenir d’une jeunesse heureuse dans le quartier Grammont à Rouen, un quartier aujourd’hui en pleine mutation.

L’artiste écrit, décrit, rappe, le quartier de son enfance avec nostalgie. Ce quartier où des tours ont été détruites, de nouvelles rues ont été dessinées. L’immeuble où il a grandi n’existe plus.

« Le changement c’est bien, parce que ça améliore un peu la vie du quartier, mais ce n’est plus le quartier où j’ai grandi », s’émeut-il.

Rappeur surdoué

Enfant à haut potentiel intellectuel, Michael Eckoman, alias Crimson, est passé de la classe de moyenne section maternelle à la classe de CE1. « J’avais un peu d’avance sur les gens de mon âge au niveau scolaire. Du coup j’étais un peu dissipé, un peu perturbateur », confie-t-il.

À la fin du collège, Michael a 13 ans. À l’aise avec les rédactions, il s’intéresse à la musique et l’écriture de textes. Il se prend alors au jeu des rimes multisyllabiques, soit la reprise de plusieurs syllabes. « J’aime beaucoup la technique, quand les rimes sont recherchées, pas juste faire rimer des sonorités toutes bêtes ».

Un dictionnaire de langues vivant

Michael joue avec les langues, particulièrement avec l’espagnol qu’il trouve très harmonieuse, ou encore l’anglais. L’entourage cosmopolite de l’artiste influence ses compositions, ses rencontres enrichissent son vocabulaire…  « Warren, le réalisateur de mes clips, est Congolais, moi je suis Camerounais. J’ai grandi avec des Ivoiriens, des Marocains, des Algériens, des Sénégalais… À force de mélanges, on apprend beaucoup de mots », explique-t-il.

Parfois vulgaire, souvent joueur et même subtil, Crimson se sert de la musique pour dévoiler ses parts d’ombre. « La musique c’est mon exécutoire. J’y vais pour me libérer de toutes mes pulsions négatives. Je les retransmets en musique », livre-t-il.

portrait rappeur crimson

Son souhait pour l’avenir : que Rouen brille sur la scène rap française. « On est beaucoup d’artistes, de compositeurs, de réalisateurs de clips. Il y a énormément de monde et de talents et on peut y arriver. J’en suis sûr ».

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité