• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Robin Roy, ancien joueur de baseball des Huskies de Rouen bientôt au musée Grévin de... Montréal

Une version en 3D de Robin Roy, ancien lanceur et manager du club de Baseball des Huskies de Rouen, avec lequel il a été à plusieurs reprises champion de France. / © Club des Huskies
Une version en 3D de Robin Roy, ancien lanceur et manager du club de Baseball des Huskies de Rouen, avec lequel il a été à plusieurs reprises champion de France. / © Club des Huskies

Nouveau moment de gloire pour l'ancien lanceur et manager des Huskies de Rouen. Robin Roy a posé pour la confection d'une figure de cire du musée Grévin canadien.

Par Marc Moiroud-Musillo avec Club des Huskies

A partir de juin prochain, l’ancien lanceur et ancien manager des Huskies de Rouen figurera dans l’une des galeries du musée Grévin de Montréal, musée dans lequel sont regroupées des reproductions en cire de personnages célèbres. Mais pour admirer le swing de Robin, il faudra chercher la statue du célèbre joueur des Expos de Montréal, Gary Carter. 

« Le Musée Grévin de Montréal va inaugurer la statue de Gary Carter en Juin. Les ateliers de fabrication sont à Paris. Marc Griffin, un de mes amis, un ancien joueur des Dodgers de Los Angeles et des Expos de Montréal est impliqué dans le projet. Il m'a contacté pour me dire qu'ils avaient du mal à reproduire la position au bâton à partir de simples photos. Du coup, il a pensé à moi et m’a demandé si je pouvais servir de modèle. J'ai trouvé l'idée géniale de participer à ce projet, et me suis donc retrouvé dans les ateliers Grévin à Paris» explique Robin Roy

Multiple champion de France avec les Huskies, Robin Roy a raccroché son gant. Mais il y a quelques jours, il a repris en main un bâton. Pour jouer ? Non. Pour une statue de cire au célèbre Musée Grévin. / © Club des Huskies
Multiple champion de France avec les Huskies, Robin Roy a raccroché son gant. Mais il y a quelques jours, il a repris en main un bâton. Pour jouer ? Non. Pour une statue de cire au célèbre Musée Grévin. / © Club des Huskies
Robin Roy s’est donc rendu à Paris, aux ateliers CDA Productions, lieu de production des statues. « Ils n'ont pas fait de statue de cire de moi. Nous étions dans le studio de photos ». Robin enfile des chaussures à crampons, un bermuda de cycliste, un "Marcel" et empoigne une batte ! Et c’est parti pour une séance d’une heure quinze.  « Nous avons travaillé la position au bâton  puis séance de photos. Ils m'ont également scanné manuellement pour sortir des images 3D». Robin en a profité pour visiter les lieux et observer le travail de confection. «Studios de photos, atelier de confection des costumes, confection des têtes, implantation des cheveux, etc . Il faut deux mois pour faire une statue. Quand je suis passé, ils confectionnaient la robe de Katy Perry et implantait les cheveux de Kenji Girac. Ils travaillaient déjà sur la tête de Gary Carter et j'ai pu voir les premiers essais. Le recherche du détail est impressionnante ».

La statue va être inaugurée à Montréal en juin. À cette occasion, le musée Grévin organisera une exposition sur le thème du baseball durant un mois. Gary Carter en sera le personnage principal. Robin Roy a prévu d’aller y faire un tour…

Gary Carter, héro du baseball dans les années 1980

Comme tout Montréalais, Robin Roy était évidemment un grand fan du Kid, véritable héro dans les années 80 sur les rives du St Laurent.  Gary Carter a été l'un des dix meilleurs catchers de tous les temps. Il est d'ailleurs l'un des seize catchers au Hall of Fame et le premier joueur des Expo intronisé. Ce fut sans aucun doute le meilleur receveur des années 80, et le plus charismatique de l'histoire des Expos.

Il était surnommé le Kid, à cause de son sourire légendaire, et parce qu’il jouait chaque match avec le plaisir et la passion d'un enfant.» Etre sa doublure de cire est évidemment une grande fierté.

« Ca fait très drôle de dire que je suis le modèle. En tout cas, je me sens honoré et privilégié. C'est avec beaucoup de fierté, de respect et d'humilité que je penserai au fait d'avoir fait partie du projet. »

A lire aussi

Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus