Avant Rouen-Angers, l'écœurement des supporters de Fred Dembi après la décision de la FFF

Ce vendredi, la commission supérieure d'appel de la Fédération Française de Football a confirmé la sanction contre le milieu de terrain du FCR
 

Fred Dembi, joueur du FCR
Fred Dembi, joueur du FCR © Félix Bollez/ France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Amertume, colère, indignation, écœurement : les réactions fusent ce vendredi après-midi (17 janvier 2020) après la confirmation de  la suspension de Fred Dembi pour le match (à guichets fermés) Rouen-Angers de dimanche au stade Robert Diochon, en 16e de finale de Coupe de France.
Dans un tweet publié peu après 15h, le FC Rouen annonçait que :

"La commission supérieure d'appel de la FFF a confirmé la décision prise en première instance de suspendre Fred Dembi pour le match de dimanche face à Angers.
Fred et le président Tardy avaient répondu à la convocation en se rendant au siège à Paris…"
 

La mort d'un ami, l'hommage puis la sanction...

Cette décision dépasse l'univers du football et alimente un débat sur la notion d'humanité, de fraternité, sur la façon d'interpréter et d'appliquer les règles, et au-delà, sur ce que sont les valeurs du sport, et sur ce qui sépare les joueurs amateurs de la sphère du foot professionnel.

Fred Dembi espérait de la clémence et de la compréhension
, se référant à des valeurs sportives et l'esprit de la Coupe de France :

Je suis triste de ne pas pouvoir jouer ce 16e de finale. On est amateurs, c'est pour ce genre de matchs-là qu'on fait du foot ! Priver un joueur amateur de de jouer un 16e de finale contre une équipe professionnelle c'est dommage… Je ne pense pas que ce soient les valeurs qu'ils veulent véhiculer avec la Coupe de France.
- Fred Dembi, à France 3 Normandie le 14 janvier 2020

FCR : Fred Dembi en appelle à la clémence
VIDEO : le reportage de Frédéric Nicolas et Félix Bollez (montage : Romuald Sevestre)
   

L'affaire remonte au 6 janvier lors du match de Coupe de France contre Metz. Sur la pelouse de Diochon, à la 6e minute de jeu, le "Diable rouge" Fred Dembi, dans la surface de Metz, effectue une magnifique balle piquée pour ouvrir le score dans le dernier match des 32e  de finale.

Quelques secondes après son but contre Metz, le milieu de terrain retire son maillot pour dévoiler celui de Guingamp floqué du nom de son ami, Nathaël Julan, mort trois jours plus tôt dans un accident de la route.

Un beau geste sanctionné d'un carton jaune par l'arbitre qui a appliqué le règlement à la lettre.
Le FC Rouen avait fait appel de cette sanction auprès de la FFF.
 

"Des choses graves tous les weekends dans le foot amateur"

Finalement, le joueur du FCR ne jouera pas dimanche devant des tribunes pleines à craquer (tous les billets ont été vendus et le stade Robert Diochon affiche complet). Fred Dembi est suspendu. Ainsi en a décidé la FFF.
Une sanction qui passe mal chez les supporters du FCR (les "Culs Rouges") mais aussi chez ceux qui défendent les petits contre les grands, les pauvres contre les nantis, les amateurs contre les pros.

Et comme l'a expliqué notre conseoeur Virginie Phulpin dans un édito sur Europe 1, cette affaire, qui  pose le problème de "la loi et l'esprit de la loi", questionne :

On peut avoir des émotions en jouant au foot ? Non ? Surtout quand on est amateur et qu'on vient de perdre un ami. Là, en suspendant Fred Dembi, la commission de discipline ne fait qu'appliquer, bêtement, ce règlement sans une once d'humanité. Il se passe des choses graves sur les terrains, tous les weekends, dans le foot amateur. Je ne pense pas que rendre hommage à un ami en fasse partie.
- Virginie Phulpin, le 14 janvier sur Europe 1

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coupe de france football sport polémique société fc rouen