Rouen : les occupants de l'ancien couvent devront partir début janvier

Publié le
Écrit par Richard Plumet

Le collectif qui occupe depuis juin 2021 les locaux de l'ancien foyer Sainte-Marie de Rouen (Seine-Maritime) pour s'opposer à un projet immobilier avait fait appel d'une décision de justice

Le collectif des "Jardins Joyeux" L'ancien couvent, situé dans le quartier Saint-Nicaise, entre le Boulingrin et l'hôtel de ville de Rouen, a été vendu en 2017.

Ces vastes locaux (avec jardins) de plusieurs milliers de mètres carrés font l'objet d'un grand projet immobilier qui prévoit la construction de plus de 150 logements neufs.  

Opposés à cette transformation des lieux, les militants d'un collectif du nom de "Jardins Joyeux" ont occupé l'ancien couvent au début de l'été 2021. Ils défendent un projet de jardins partagés et de création d'un lieu culturel et associatif.  Après cette occupation illégale, une bataille juridique a débuté entre le collectif et les propriétaires des bâtiments.

Le 29 octobre, un juge des contentieux a déclaré le collectif expulsable. Avec leur avocat, les membres des "Jardins Joyeux" avaient alors déposé un recours pour "faire appel de la décision et de solliciter la suspension de l'exécution d'expulsion auprès de madame la Première Présidente de la cour d'appel."  

Expulsion après les fêtes de fin d'année ?

Le 17 décembre, la Cour d'appel de Rouen a ordonné l'expulsion des personnes qui occupent les locaux. Le collectif a jusqu'au lundi 10 janvier 2022, 9h du matin, pour partir.

Le collectif des "Jardins Joyeux" doit maintenant étudier avec son avocat une  possibilité de reporter cette décision d'expulsion, notamment en demandant l'application de la trêve hivernale.