• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Rouen : le réseau astuce perturbé par une grève mardi 9 octobre

Archives : des clients de la TCAR attendant le passage d'un métro à la station Gare-Rue Verte un jour de grève / © Photo : Richard PLUMET / France 3 Normandie
Archives : des clients de la TCAR attendant le passage d'un métro à la station Gare-Rue Verte un jour de grève / © Photo : Richard PLUMET / France 3 Normandie

78% du service de transports en commun sera assuré mardi 9 octobre entre 06h00 et 19h30.

Par Maxime Fourrier

A l'appel de la CGT, FO, Sud, et de la FSU, un mouvement de grève national débute mardi 9 octobre. Les syndicats dénoncent la politique sociale du gouvernement. A Rouen, les transports en commun seront perturbés. Le réseau astuce prévoit 78% de service garanti sur la journée.
 

En revanche, les usagers des bus, TEOR et métros devront trouver des moyens de substitution avant 6 heure du matin et après 19h30 où le service ne sera pas assuré. Les lignes 22 et 41 ne circuleront pas de la journée.

Le détail du trafic est disponible sur le site internet du réseau astuce.
 

Le trafic du réseau astuce perturbé depuis plusieurs jours


Les agressions, jets de pierres et coups, contre les chauffeurs de bus et contre les médiateurs de la TCAR (société de transports en commun de l'agglomération rouennaise) se sont multipliés ces dernières semaines. En réponse, les employés du réseau astuce ont exercé leur droit de retrait. Les syndicats envisagent également d'arrêter le travail durant les périodes de fortes affluences, pendant la foire Saint-Romain ou durant les fêtes de fin d'année.
 

Depuis le 4 octobre 2018, la ligne T2 ne dessert plus les arrêts Couperin, Sainte-Claire, Malraux, Piscine Salomon, Galilée, Maison de l'Emploi et Châtelet.
 
 

Qu'est-ce que le droit de retrait ?

Le droit de retrait permet à un salarié d'arrêter le travail en cas de danger pour sa santé ou sa sécurité. Il n'implique aucune retenue de salaire, ni sanction. Dès sa mise en oeuvre, le salarié est dans l'obligation d'en informer l'employeur. Si l'employeur ne considère pas que le danger est vérifié, c'est à un juge de trancher sur la validité du droit de retrait.

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus