A Rouen, les sports de combat reprennent sous haute surveillance sanitaire

Autorisés à reprendre les entrainements le 2 juin 2020, les amateurs de sport de combat peuvent depuis la semaine dernière renouer avec l'essence de leur discipline, les contacts. Mais la reprise s'accompagne d'un protocole sanitaire très strict. Exemple dans le club Le Noble Art de Rouen. 

Les boxeurs du Noble art Club de Rouen savourent la reprise des entraînements et se préparent pour un gala de compétition au Cap d'Agde en août prochain.
Les boxeurs du Noble art Club de Rouen savourent la reprise des entraînements et se préparent pour un gala de compétition au Cap d'Agde en août prochain. © Felix Bollez / France Télévisions
Ils étaient les derniers à reprendre l'entrainement. Les boxeurs ont dû attendre la deuxième phase de déconfinement, le 2 juin 2020, pour enfiler de nouveau leurs gants et retrouver le ring. 

Le Noble art club de Rouen s'applique à respecter les gestes sanitaires très strictement. Port du masque obligatoire avant et après l'entrainement, vestiaires condamnés et désinfection obligatoire des mains et du matériel entre chaque combat. 
VIDEO - Juillet 2020 : reprise des sports de combat à Rouen sous haute protection sanitaire. Reportage :Félix Bollez et Stéphane L'Hôte (montage : Xavier Robert)
Un protocole nécessaire mais qui doit néanmoins être adapté lors de l'entraînement, explique le coach Salem Hamraoui

Dès qu’on entre dans la salle on est obligé de porter le masque. Dès qu’on commence l'entrainement on le retire, ce qui est tout à fait normal parce que nous, en boxe, on est tout le temps en activité intense.
Et pour une activité intense, il faut une respiration intense.

Salem Hamraoui, entraîneur Le Noble Art Club (Rouen)

Objectif Paris 2024

Depuis une semaine seulement, les athlètes sont autorisés à reprendre l'entrainement en incluant les contacts. Autrement dit en se donnant quelques coups. 

Multiple champion de France de boxe anglaise, Lounes Hamraoui - qui évolue dans la catégorie moins de 64 kilos - devait être du voyage pour les JO de Tokyo. La pandémie a reporté ses rêves. Privé d'entrainement pendant le confinement, il reconnait tout de même que cette pause imposée lui a fait le plus grand bien. Il savoure la reprise. 

Retrouver les sensations, même le fait de prendre des coups ça fait du bien, c’est ce qui nous manquait parce qu’on a toujours eu l’habitude. Bon ça parait un peu fou mais c'est ce que je préfère dans la boxe, l'esprit de compétition.

Lounes Hamraoui, 6 fois champion de France de boxe et membre olympique

Désormais, Lounes Hamraoui regarde plus loin. Son objectif : les Jeux Olympiques de Paris 2024. "Son" pari.

"Ça a toujours été mon objectif : à Paris, chez moi. Pour Tokyo 2021 je ressens un peu de frustration parce que ça représente des années de travail, des années d'entrainement, on se prépare vraiment depuis 2016, et je dirais même que je me prépare depuis que j'ai commencé la boxe finalement, parce que c'est un rêve ! Mais c'est pas grave, je suis encore jeune, j'ai de l'expérience à prendre", relativise le jeune boxeur de 21 ans. 

Pour le plus grand plaisir de Lounes Hamraoui et de ses camarades de ring, le retour à la compétition approche avec un gala prévu au Cap d'Agde, fin août 2020. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport boxe déconfinement société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter