Examens 2018
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

La sénatrice rouennaise Catherine Morin-Desailly pour une régulation du téléphone portable au lycée

Catherine Morin-Desailly sur le plateau du magazine "Dimanche en Politique" / © France 3
Catherine Morin-Desailly sur le plateau du magazine "Dimanche en Politique" / © France 3

La présidente de la commission de la culture et de l'éducation explique le choix des sénateurs qui, en plus des écoles et des collèges, souhaitent  "ouvrir à tous les établissements scolaires la possibilité d'encadrer l'utilisation du téléphone portable"
 

Par Richard Plumet

C'est un texte qui sera débattu en séance dans deux semaines, le 16 juillet.

Un texte qui a été voté hier (mercredi 4 juillet 2018) par les membres de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat.

Les sénateurs ont donc souhaité aller plus loin que la proposition de loi adoptée par l'Assemblée nationale en élargissant le cadre, non pas d'une interdiction, mais des conditions de l'encadrement de l'utilisation du téléphone portable en milieu éducatif.

Ce que précise le rapporteur de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication, Stéphane Piednoir (Les Républicains - Maine-et-Loire) :
"Si la proposition de loi adoptée par l'Assemblée nationale clarifie les conditions d'utilisation du téléphone portable et autres appareils connectés dans les écoles et les collèges, il n'y avait aucune raison de ne pas l'étendre aux lycées."

Nous n'avons pas pour ambition d'interdire le portable ; la commission a simplement voulu donner aux établissements l'autorisation d'interdire le portable dans tout ou partie de leur enceinte. A eux de se saisir de cette faculté comme ils l'entendent, en inscrivant les modalités de l'encadrement dans leur règlement intérieur


Un choix qui satisfait pleinement la présidente de cette commission, Catherine Morin-Desailly, la sénatrice centriste de Seine-Maritime, qui avait préconisé cette mesure il y a plusieurs mois, dans son rapport sur "La formation à l'heure du numérique".

La sénatrice rouennaise s'est félicitée de cette première traduction d'une des recommandations : 

Il ne faut pas se tromper d'enjeu. Au-delà du téléphone portable, c'est bien toute la question du vivre ensemble qui est posée.
Les élèves doivent être capables d'utiliser les outils technologiques en pleine connaissance de cause.

Reste à savoir comment cette mesure sera mise en pratique dans les établissements scolaires concernés.  
Catherine Morin-Desailly, dans un communiqué, indique que "C'est au nom du même principe d'autonomie et de responsabilité [des établissements scolaires] que la commission a par ailleurs précisé les conditions de confiscation et de restitution des portables par l'équipe éducative "

 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'hopital de Gisors (Eure) en accusation par deux fils

Les + Lus