Statue de Napoléon vandalisée : les réactions des habitants de Rouen

Publié le
Écrit par Mathilde Riou

La statue de Napoléon située place de l’hôtel de ville a été vandalisée. Elle venait d’être réinstallée après une restauration complète.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Décidément Napoléon n’a jamais été aussi présent à Rouen. La polémique avait commencé au moment où la statue a quitté son emplacement pour être restaurée. Un référendum en ligne avait été ouvert pour consulter les habitants de Rouen sur son avenir. L’empereur aurait pu être remplacé notamment par une figure féminine de l’histoire de France (Gisèle Halimi avait été évoquée). Mais les votes en ligne avaient sollicité la réinstallation de Napoléon sur sa stèle place de l’hôtel de ville.

Réinstallée la semaine dernière, certains politiques et militants regrettaient une mise en place en catimini.

L’empereur continue de diviser. La veille d’une cérémonie organisée par des pro-Napoléon, la statue s’est vue tâchée de peinture de couleur. Un tag « Napoléhonte » a été inscrit puis vite effacé par les services de la mairie. Les employés devraient aussi nettoyer rapidement la statue.

Les plus fervents défenseurs de Napoléon (anonymes comme politiques) sont vent debout sur la Twittosphère :

« Qu’ils ouvrent les livres d’histoire »

Pour les plus modérés, ce genre de dégradation ne fait pas avancer le débat.

Les passants croisés ce jeudi matin déplorent ce vandalisme : « est-ce que les gens qui taguent connaissent l’histoire de Napoléon ? C’est bien beau d’écouter ce que certaines personnes disent mais il faudrait peut-être ouvrir un livre d’Histoire, on vit encore sous des codes napoléoniens » déplore ce quarantenaire.

Un cycliste philosophe conclut « les dégradations, je trouve cela stupide mais il est difficile de comprendre la bêtise. S’il fallait dégrader tout ce qui représente les personnages controversés, il n’y aurait pas assez de crétins sur terre »

Une enquête a été ouverte. La place de la mairie est équipée de caméras de vidéosurveillance.

Deux siècles après sa mort, partisans et adversaires de Napoléon Bonaparte s'affrontent toujours.

Que reproche t'on a Napoléon ?

Ses détracteurs lui reprochent d'être "l'un des plus grands misogynes", selon la ministre chargée de l'Egalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno. Le code civil (mis en place sous Napoléon) consacre "la puissance du père de famille sur la femme et les enfants".

En 1804, l'article 213 du code civil dispose : "Le mari doit protection à sa femme, la femme obéissance à son mari". L'article 324 du code pénal de 1810 "excuse" le meurtre par le mari d'une femme adultère en cas de "flagrant délit dans la maison conjugale". Interrogé pour le magazine Géo, l'historien Patrice Gueniffey reconnait que Napoléon "a fait une place aux femmes (...) qui n'est pas formidable". Mais c'est aussi le reflet de "la société paysanne et patriarcale" de l'époque.

On lui reproche également son accession au pouvoir : en novembre 1799, c'est par un coup d'Etat militaire que le général Bonaparte arrive à gouverner la France. Le "18 Brumaire" met fin au Directoire mais pas à la première République (elle finira en 1804 avec la proclamation de l'Empire). Par son autoritarisme, certains le voient comme l'ancêtre des dictateurs du XXème siècle. L'acte le plus à charge est le rétablissement de l'esclavage en 1802.