Rouen : procès du bébé secoué, la nounou écope de 5 ans de prison ferme

L'ex nounou a été reconnue coupable par la cour criminelle de Seine-Maritime, de violence volontaire sur mineur ayant entrainé une infirmité permanente. La jeune femme a été placée en détention après le verdict.

Une nounou accusée d'avoir secoué le bébé qu'elle gardait est jugée ce lundi 6 juillet 2020 devant la cour criminelle de Seine-Maritime, 12 ans après les faits.
Une nounou accusée d'avoir secoué le bébé qu'elle gardait est jugée ce lundi 6 juillet 2020 devant la cour criminelle de Seine-Maritime, 12 ans après les faits. © Dessin de Mathias Poisnel. Photo :Jérôme Bègue / France Télévisions
Jusqu'au bout, elle aura campé sur ses positions et nié les faits qui lui sont reprochés.
"Je déplore ce qui est arrivé à Jessie mais ne suis en rien responsable de ce qui est arrivé à votre enfant", furent les derniers mots de l'accusée avant que la cour ne se retire pendant deux heures pour délibérer.

L'ex nounou jugée depuis lundi 6 juillet 2020 par cinq magistrats devant la Cour criminelle de Seine-Maritime a été condamnée ce mercredi 8 juillet dans la soirée à 5 ans de prison ferme.
Elle était accusée d'avoir secoué un bébé de 4 mois dont elle avait la garde il y a 12 ans à Saint Etienne du Rouvray. 
La petite Jessie a gardé des séquelles de ces maltraitances, et souffre aujourd'hui de problèmes de comportement.

L'avocat général avait requis huit années d'emprisonnement.
La jeune femme a finalement écopé de cinq ans de prison ferme, avec interdiction d'exercer toute activité professionnelle ou bénévole avec des mineurs. 
 
VIDEO - 6 juillet 2020 - Compte rendu d'audience de Véronique Arnould et Jérôme Bègue

 Signes d'un bébé secoué

Les faits remontent au 28 juillet 2008. La mère d'une petite de 4 mois vient récupérer sa fille chez sa nounou. Cette dernière, une jeune femme de 25 ans, réside à l'époque à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).

Le soir-même, la petite souffre de vomissements. Elle est immédiatement transportée au CHU de Rouen.

Les médecins décèlent alors des traces de gifles sur le visage de l'enfant, des marques sur les fesses et les cuisses ainsi qu'un hématome sous-dural. Le diagnostic est clair : elle présente les signes du SBC, le syndrome du bébé secoué.

Au vu du témoignage des parents et du déroulement des faits, les médecins s'accordent à penser que les traces de violence datent du jour où la petite fille a été transportée à l'hôpital. 

Jusqu'à 20 ans de prison

La petite Jessie désormais agée de 12 ans, présente aujourd'hui des séquelles mentales et physiques consécutives à ces violences. 

De son côté, l'accusée a toujours nié les faits. L'enquête a cependant révélé que d'autres parents s'étaient plaints des services de cette ancienne nounou.
Elle a changé plusieurs fois de métier depuis, et travaille aujourd'hui dans une agence immobilière.
Déjà connue des services de police à l'époque des faits pour deux affaires de fraude à la carte bancaire, cette mère de famille avait elle même signalé des violences de la part de son mari, envers elle et son fils.

Les faits qui lui étaient reprochés, " violence volontaire sur mineur de moins de 15 ans par une personne ayant autorité et ayant entraîné une infirmité permanente" étaient passibles de 20 ans de prison.

La jeune femme qui vit dorénavant en région lyonnaise avec ses deux enfants de 10 et 14 ans, comparaissait libre à son procès.
Elle a été écrouée dans la soirée. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société police sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter