Trafic de stupéfiants à Canteleu : l’adjoint au maire « choqué par le battage médiatique » après sa garde à vue

L’adjoint de Mélanie Boulanger, Hasbi Colak, a été relâché après 36 heures de garde à vue. Il est "fatigué", "choqué par le battage médiatique", selon son avocat. "Les enquêteurs n’ont rien contre lui" nous explique Maître Jérémy Kalfon. Mélanie Boulanger doit prendre la parole cet après-midi.

L’entourage de Mélanie Boulanger avait condamné la "manière de faire scandaleuse" concernant son interpellation à domicile. Pour Hasbi Colak, c’est le battage médiatique qui a été "choquant", selon son avocat. "Mon client est adjoint au maire d’une petite commune. Il fait son travail et tout à coup son nom est partout", explique Me Jérémy Kalfon. Ce week-end, Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen (Seine-Maritime) a lui aussi condamné "l’emballement médiatique" autour de Mélanie Boulanger : "la seule photo que l’on voit à la Une de tous les médias, c’est celle d’une élue locale qui est aujourd’hui innocente. C’est absolument scandaleux !".

Hasbi Colak, adjoint chargé du développement économique, des commerces et de l'emploi à la mairie de Canteleu, a été relaché samedi vers 16h30, après 36 heures de garde à vue. "Les enquêteurs n’ont rien contre lui. L’intégralité de ses effets personnels lui a été restituée, ce qui est bon signe dans une procédure. Les enquêteurs se sont rendus compte au bout de quelques heures que les déclarations de mon client étaient congruentes. J’ai le sentiment que cette garde à vue était plus pour vérifier certaines choses que pour incriminer."

Aujourd’hui, Hasbi Colak est "fatigué", "sa priorité est de se reposer avant de reprendre son travail". Mélanie Boulanger a quant à elle prévu de donner une conférence de presse cet après-midi. L’heure n’est pas encore connue, l’élue socialiste souhaitant d’abord parler à son conseil municipal.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police