Confinement : une hausse brutale des urgences dentaires en Normandie depuis les vacances de Paris

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

18 cabinets de garde sont ouverts dans la région Normandie pour gérer les urgences dentaires. Mais ils font face depuis quelques jours à une multiplication des appels et ne peuvent accueillir tous les patients.

Par Pauline Comte et David Frotté

Mise à jour 11/04/2020

Après l'ouverture des volets de certaines résidences secondaires, un second indice vient renforcer l'idée que tout le monde ne respecte pas le confinement : les appels chez le dentiste.
La semaine dernière, on en comptait 40, en moyenne quotidienne dans le Calvados, le chiffre est passé à 128 appels mardi. Trois fois plus ! "Nous sommes inquiets par cette augmentation très importante des urgences en quelques jours", affirme le docteur Laurent Olive, vice-président du Conseil normand de l’ordre des chirurgiens-dentistes.
 

Nous n'avons pas assez de moyens matériels pour répondre à cette hausse brutale des urgences dentaires


"Et clairement, c'est notamment dû au nombre de Francilens qui sont venus résider dans le Calvados", un phénomène évidemment renforcé par le début des vacances scolaires de cette zone. "Ce matin encore, un patient est venu de Merville-Franceville, mais était bien de la région parisienne."
 


Le département du Calvados vient d'ouvrir un 5e cabinet pour ces urgences dentaires. "Mais les faibles moyens materiels ne nous permettent pas d'en ouvrir plus. Comment on va faire si les besoins continuent d'augmenter ?"
Ce vendredi, un don de surblouses a permi aux dentistes du département de pouvoir tenir trois semaines de plus. "Et encore, c'est du materiel jetable qu'on lave et stérilise pour pouvoir le réutiliser... Mais pour les masques, ils n'ont que 15 jours de marge...

Déjà ces professionnels avaient dû pousser un gros coup de gueule pour être livrés !

 
 

Seuls les soins urgents sont traités


Croquer la vie à pleine dents pendant le confinement, c’est possible. A la demande du Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes, les cabinets dentaires sont fermés pour éviter tout risque de contamination liée au coronavirus.

Mais en Normandie, 18 cabinets dentaires assurent les urgences tous les jours de la semaine. Cinq cabinets sont donc ouverts dans le Calvados, trois dans l’Eure, trois dans le Manche, trois dans l’Orne et quatre en Seine-Maritime.
 
 

Allô, Docteur ?

En cas d’urgence, les patients sont invités à "contacter directement leur chirurgien-dentiste traitant", insiste Laurent Olive. Une permanence téléphonique est assurée dans chaque cabinet entre 9 heures et 12 heures tous les jours de la semaine. Un diagnostique est réalisé par téléphone "pour plus d'humanité", précise Laurent Olive.

Cette télé-consultation gratuite permet d’analyser si un geste technique doit être réalisé. Dans ce cas, le dentiste remplit une fiche de renseignements pour répertorier les douleurs et le type de pathologie. Il l'adresse au Conseil régional de l’ordre des chirurgiens-dentistes. Celui-ci fonctionne comme un centre de régulation des urgences : il dirige les patients souffrants vers les cabinets ouverts.
 
Le Conseil normand de l'ordre des chirurgiens-dentistes régule les urgences et dirige les patients vers les cabinets de garde 7 jours sur 7. / © Conseil régional de l'ordre des chirurgiens-dentistes
Le Conseil normand de l'ordre des chirurgiens-dentistes régule les urgences et dirige les patients vers les cabinets de garde 7 jours sur 7. / © Conseil régional de l'ordre des chirurgiens-dentistes


Lorsqu’il ne s’agit pas d’une urgence, des conseils ou une prescription peuvent soulager le patient sans visite dans un cabinet. Des ordonnances signées peuvent être "transmises par voie électronique ou faxées dans une pharmacie, pour les personnes n’ayant pas accès aux outils numériques", précise le praticien caennais Laurent Olive.

 
 

Des précautions pour éviter les risques de contamination

Tous les jours, dix urgences sont traitées dans chaque cabinet. Les dentistes prennent davantage de précautions.

Avant de se présenter, le patient doit avoir pris une douche, fait des bains de bouche et ôter ses bijoux. Il doit s’assurer qu’il ne tousse pas et qu’il n’a pas de fièvre. Pour éviter les risques de contamination, les salles d'attente ne sont plus accessibles. Le malade doit "attendre dans sa voiture que le cabinet l'appelle pour l'autoriser à entrer", assure Laurent Olive.

Chaque patient est soigné dans un délai d’une heure. L’acte est réalisé en 30 minutes. Les 30 minutes suivantes sont consacrées à "désinfecter le matériel médical et à ventiler la pièce", détaille Laurent Olive.


Bientôt en manque d’équipements sanitaires dans le Calvados


Le chirurgien-dentiste Laurent Olive alerte sur le manque de protections sanitaires. La dotation de masques FFP2 de l'Etat n'a pas été suffisante.

Dans le Calvados, "seuls 600 masques ont été reçus pour tenir pendant 42 jours". Selon lui, 672 masques sont nécessaires, à raison de deux protections portées chaque jour par les binômes de praticiens, exerçant dans les quatre cabinets du département.
Le don de 300 masques supplémentaires permet aux chirurgiens-dentistes calvadosiens de tenir encore 20 jours, jusqu'à la fin du mois d'avril.
 

"Si nous avons des masques sans surblouses, c'est comme si nous avions la voiture sans les roues", Laurent Olive, chirurgien-dentiste à Caen

Mais un autre équipement indispensable manque cruellement. "Aucun ravitaillement de surblouses n'est prévu", s'insurge Laurent Olive. Les protections ont jusqu'ici été achetées par la profession mais les fournisseurs sont désormais à sec.

"C'est notre inquiétude : si nous n'avons pas de surblouses, nous ne pourrons pas continuer à soigner", explique Laurent Olive. Il ajoute soucieux : "si nous avons des masques sans surblouses, c'est comme si nous avions la voiture sans les roues".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus