• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Vous trouvez un animal sauvage blessé, que faire ?

© Maxppp
© Maxppp

Nous le savons tous, les belles balades en milieux naturels ne manquent pas en Normandie. Pour peu que l'on soit à l'écoute de la nature, on peut croiser des animaux sauvages. Parfois, ces rencontres inattendues nous mettent face à face avec un animal blessé. Dans ce cas, que faut-il faire ?

Par CG

Vous vous promenez dans la campagne, sur le littoral, sur un chemin, en forêt et vous découvrez un animal isolé, immobile... La situation vous paraît suffisamment insolite pour penser qu'il est blessé. Que faire ?

 

L'animal trouvé est-il vraiment en danger ?


Tout d'abord, vérifiez que l'animal a vraiment besoin d'aide. 
Les jeunes oiseaux par exemple peuvent sembler abandonnés alors que ce n'est pas le cas. Très souvent, les parents ne sont pas loin et surveillent les jeunes. Eloignez-vous, vous verrez sans doute apparaître les parents.
Les jeunes lièvres ou les faons immobiles sont peut-être en train d'apprendre à se cacher !

Il faut donc bien réfléchir avant d'agir.
Sachez que les oisillons touchés par un humain ne risquent pas d'être abandonné par ses parents mais le risque existe dans le cas d'un jeune mammifère.
 

 

© Média TV
© Média TV

Ne vous mettez pas vous-même en danger


Sachez aussi qu'il a quelques risques à manipuler des animaux sauvages :
  • ils peuvent vous blesser en donnant des coups de griffes, des coups de bec ou par morsure
  • ils peuvent vous transmettre des maladies comme la grippe aviaire ou la rage
  • pour les gros mammifères (biche ou chevreuil blessé sur le bord d'une route) : attention, affolés, les bêtes peuvent avoir des réactions très violentes qui risquent de vous mettre vous-même en danger.
Si vous jugez qu'il faut intervenir, il vous faut donc avant tout vous protéger vous-même en portant des gants par exemple. (Si vous deviez être blessé, allez montrer rapidement votre blessure à l'hôpital le plus proche.)
 


Comment attraper un animal sauvage blessé ?

 
  • Évitez les cris et les gestes brusques et évitez au maximum les manipulations.
  • Mettez des gants
  • Utilisez un grand tissu pour le couvrir et l'immobiliser
  • Isolez l'animal dans un lieu calme, dans un carton percé de quelques trous d'aération dans lequel pour aurez mis des journaux au fond pour qu'il trouve un point d'appui (pas de tissu : l'animal pourrait s'accrocher les pattes dans les fils, pas de coton : l'animal pourrait s'étouffer en l'absorbant). Hormis les oiseaux, vous pouvez mettre l'animal dans une cage comme celles qui servent à transporter les chats et les chiens.
  • Fermez solidement le carton (ruban adhésif par exemple) pour que l'animal ne s'échappe pas pendant le transport
  • N'essayez pas de donner des soins qui pourraient en fin de compte faire plus que mal que de bien à l'animal.
  • Ne donnez ni à boire ni a manger sauf si un spécialiste vous le conseille
  • Evitez les chocs thermiques
  • Pas de visite ni d'exposition aux amis ou voisins : le stress pourrait aggraver la situation voire faire mourir l'animal.
     
Attention aux serres et aux becs de certains oiseaux :
Pour les rapaces, utilisez un tissu épais et couvrez-le. Il va s'accrocher à ce tissu avec ses serres, il sera plus facile à mettre dans le carton. 
Pour les échassiers attention au bec et à la détente du cou. Maintenez soit les pattes soit la tête d'une main et le corps de l'autre main.

 

►► Découvrir la faune sauvage de Normandie avec Histoire de se balader

La Normandie à l'état sauvage - Histoire de se balader 21 octobre 2018
La Normandie à l'état sauvage, Vincent Chatelain nous la fait découvrir pour Histoire de se balader. Vincent nous présente ceux qui oeuvrent quotidiennement à la préservation des animaux normands, qu’ils soient responsables de réserves naturelles ou fondateurs d’un refuge, admirateurs de gros spécimens ou de plus petits. Puis Vincent nous fait découvrir l’art de l’observation avec un photographe animalier, pour tout savoir de la richesse des espèces qui peuplent la Normandie. - France 3 Normandie / Media TV
 


A qui demander de l'aide ? 


N'essayez pas de soigner l'animal vous-même, un professionnel pourra éventuellement vous conseiller pour les premiers soins. 
 
Contactez le plus rapidement un centre de sauvegarde spécialisé.
En Normandie, adressez vous aux centres ci-dessous : 

La Dame Blanche, contact : G. BERTRAN
Place de la Mairie 14290 ST JULIEN DE MAILLOC
Tél : 02.31.63.94.76  ou  02-31-63-91-70
https://parcanimalierdeladameblanche.fr/index.php/centre-de-sauvegarde/

Centre régional C.H.E.N.E., contact : Alain Beaufils
17 Rue du Musée, Allouville-Bellefosse  76190 YVETOT
Tél : 02.35.96.06.54  ou 02-35-95-75-04
https://associationchene.com/
Page Facebook de l'association CHENE 

Centre régional Le Bois de l’Arche, contact : R. LEROUX
Balines – 27130 VERNEUIL SUR AVRE
Tél : 02.32.60.08.73 ou 02.32.32.14.75

Les oiseaux mazoutés du Cotentin, contact N. Girard
Route des Aulnays, 50330 GONNEVILLE
02 33 22 93 02

l’Union Française des Centres de Sauvegarde de la faune sauvage (UFCS) au 03 86 97 86 05 ou 06 08 85 01 16 et page facebook 
la Ligue de Protection des Oiseaux LPO, lorsqu’il s’agit d’un oiseau, au 05 46 82 12 34.


Vous pouvez aussi contacter un vétérinaire. 
La loi les oblige à répondre dans les limites de leurs possibilités. S'il ne peut lui-même vous aider, un vétérinaire doit vous orienter vers l'un de ses confrères susceptible d'intervenir.

► Bon à savoir : les animaux appartenant à la faune sauvage ont une valeur patrimoniale et n’appartiennent à personne : les soins qui leur sont prodigués sont donc gratuits.
 
© UFCS
© UFCS



Animal sauvage blessé, que dit la loi ?


La détention et le transport des animaux sauvages, qu’ils soient chassables ou protégés, vivants ou morts, sont interdits sans autorisation préfectorale. Vous n’avez donc pas le droit de recueillir cet animal, même pour le soigner ! Cependant, une tolérance permet aux particuliers qui secourent un animal blessé de le transporter dans les meilleurs délais vers un centre de sauvegarde de la faune sauvage.

Avant tout transfert, il est donc obligatoire de prévenir l’ONCFS, Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage de votre département ou à défaut, le centre de sauvegarde qui pourra attester de l’urgence de votre déplacement lors d’un éventuel contrôle
Prévenez le centre avant tout déplacement

En savoir plus sur la loi concernant la faune sauvage




 

Histoire de se balader : La Normandie à l'état sauvage

Vincent Chatelain vous fait découvrir chaque dimanche à 12h55, le patrimoine de votre région en vous proposant des balades, des portraits et des circuits pour arpenter toute la Normandie de long en large, à pied, en voiture, à cheval ou en bateau... Histoire de se Balader vous emmène découvrir la vie sauvage de notre région !

Cette émission diffusée le 21 octobre 2018 est entièrement consacrée à la faune normande.

Vincent part à la découverte de la vie sauvage de notre région et fait la connaissance de ceux qui oeuvrent quotidiennement à la préservation des animaux normands, qu’ils soient responsables de réserves naturelles ou fondateurs d’un refuge, admirateurs de gros spécimens ou de plus petits. Vincent découvre ensuite l’art de l’observation avec un photographe animalier, pour tout savoir de la richesse des espèces qui peuplent la Normandie.

Au cours de l'émission, Vincent Chatelain rencontre :
Loïc Boulard, conservateur de la réserve naturelle nationale du marais Vernier .
Géraud Ranvier, ornithologue, spécialiste des oiseaux migrateurs.
Gérard Bertrand, Président de l’association « La Dame Blanche  », association de protection de la nature, qui soigne et remet en liberté des animaux blessés.
Benoist Clouet, photographe naturaliste.
Jean-Pierre Pauly, généraliste du parc naturel régional du Perche .

A lire aussi

Sur le même sujet

Le festival A Partir du réel de La Renaissance

Les + Lus