Cet article date de plus de 8 ans

Le chapon, la volaille des repas de fin d'année. N'est pas chapon qui veut ?

Le Chapon, cette volaille est très recherchée pour apporter du raffinement au repas festifs de cette fin d'année. Le Chapon est divers, le plus célèbre vient de Bresse, mais la région ne manque pas d'élevages de qualité.
 En vie, le chapon dans les prairies de l'élevage est reconnaissable à cette absence de plumes sur le cou. Pour avoir la qualification Label Rouge, le chapon doit être élevé et engraisser sous des conditions drastiques, sinon inutile de prétendre à la qualification.
 

Label rouge.


La volaille doit avoir une longévité de cinq semaines voir plus pour des chapons de Bresse. Pendant sa croissance, il doit consommer que du produit de qualité, du grain, gambader dans un enclos suffisamment grand pour que les chairs se forment et se raffermissent de l'exercice quotidien. Le label rouge est une contrainte pour l'éleveur, un critère de qualité pour le consommateur. 

Un coq sans ses attributs de virilité.

Le chapon est un coq castré, et ce dés son plus jeune âge, l'acte d'émasculation a pour effet de conserver à la chair de la tendresse et du raffinement. 45 000 tonnes de chapons sont consommés chaque année en France. Le chapon n'est plus l'exclusive d'une région, toutes les régions agricoles de France produisent du chapon. L'entrée dans la filière a pour chaque éleveur permis d'améliorer la rentabilité de l'élevage. La France est le plus gros producteurs mondial de chapons. Depuis la production s'est internationalisée, jusqu'au Moyen-Orient. Le chapon, un produit de la globalisation. Le gallinacé fera le plaisir des épicuriens pour les fêtes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie cuisine agriculture noël