• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

“La France n' est pas en faillite” déclare Alain Juppé sur RTL

Alain Juppé est favorable à organisation d'une primaire pour la présidentielle de 2017, à laquelle devront participer tous les prétendants à ce scrutin, même Nicolas Sarkozy / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Alain Juppé est favorable à organisation d'une primaire pour la présidentielle de 2017, à laquelle devront participer tous les prétendants à ce scrutin, même Nicolas Sarkozy / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Invité de Jean-Michel Aphatie ce matin sur RTL, l'ancien Premier ministre Alain Juppé a estimé que la France n'était "pas en faillite", au lendemain des déclarations en ce sens du ministre du Travail Michel Sapin, qu'il a ensuite rectifiées.

Par KJ

"La France n'est pas en faillite, elle est tout à fait en situation aujourd'hui d'assumer ses engagements financiers, notamment de payer ses fonctionnaires, heureusement !", déclare le maire de Bordeaux sur RTL. Mais "la situation est extrêmement préoccupante et j'attends avec beaucoup de curiosité comment les 60 milliards d'économies budgétaires que le président de la République nous a annoncés pour les cinq prochaines années vont être réalisées", a poursuivi Alain Juppé au micro de Jean-Michel Aphatie.

Il a mis l'accent sur les difficultés du BTP : "les mises en chantier de logement sont en train de s'effondrer. On va passer de 400.000 par an à peine plus de 300.000. Et ça, c'est un risque de dizaines de milliers de suppressions d'emplois dans les mois qui viennent".

Michel Sapin avait déclaré dimanche que la France était "un Etat totalement en faillite", avant de préciser qu'il avait seulement ironisé sur cette formule, prononcée par François Fillon en septembre 2007. Une rectification qui n'a pas empêché l'ex-ministre du Budget Valérie Pécresse de demander dimanche soir au ministre de "mettre en conformité les actes du gouvernement avec ses déclarations" en "présentant un collectif budgétaire avec une prévision de croissance réaliste et en s'engageant résolument dans une baisse des dépenses publiques".

Sur le même sujet

Emilie Beau

Les + Lus