Hôpital Esquirol de Limoges : une étude reconnue sur l'addiction aux réseaux sociaux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Rio
Les effets négatifs d'une dépendance trop importante aux réseaux sociaux
Les effets négatifs d'une dépendance trop importante aux réseaux sociaux © PHOTOPQR / L'ALSACE / Darek Szuster

La thèse de psychiatrie du Docteur Etienne Couderc, Medecin-Psychiatre à l'Hôpital Esquirol, devient une référence pour s'intéresser de plus près aux effets négatifs d'une trop grande consommation aux réseaux sociaux, notamment sur les adolescents

Nous passons de plus en plus de temps sur nos smartphones, tablettes et autres écrans.

Surfer et échanger sur les réseaux sociaux représente 1h par jour pour les moins accrocs d'entre nous, jusqu'à 5h voire plus pour ceux qui ne peuvent plus s'en passer. Un stade qui peut nous faire basculer dans l'addiction, avec des effets sur notre comportement que nous ne soupçonnons pas.

C'est ce que démontre l'étude réalisée par le Dr Etienne Couderc du Centre Hospitalier Esquirol, dans le cadre de son doctorat.
Cette étude s'est basée sur un panel d'usagers des réseaux sociaux. Une première dans ce domaine.

La dépendance s'assimile, quant à ses effets, à celle aux jeux par exemple, avec des conséquences sur le comportement social, familial, et psychiatrique (anxiété, dépression, sentiment de solitude amplifié voire phobie sociale), amplifiée sur les sujets prédisposés.

L'addiction, notamment des adolescents, va devenir un problème de santé publique. Elle va par ailleurs intégrer la nomenclature des maladies mentales.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.