Le Carnaval de Pau draîne toujours autant les foules

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

Hier samedi, dans les rues de Pau, prés de 2000 personnes ont dansé et chanté sous la pluie. Le clou du spectacle, le procès de Sent Pançard, a été l'occasion de railler le personnel politique, tradition oblige :  Nicolas Sarkozy, François Hollande, ou encore Martine Lignières-Cassou.

Par KJ

Il y avait même un cortège anti "mariage pour tous"  sur les marches du Palais de justice ce samedi soir, avec l'aval du roi Sent Pançard . La tradition de dérision mêlée à la fête a été encore cette année bien respectée.

La plus grande fête hivernale de la région  en quelques chiffres :

Ce sont 27 années d’expérience, mais aussi, un important travail de recherche et de collectage, une ambitieuse action pédagogique au niveau des villes, des villages, des comités de quartier, des écoles, des centres sociaux et des associations du Béarn,
50.000 personnes participent aux différentes journées à Pau dans une agglomération de 160.000 habitants,
500 musiciens viennent des quatre coins de l’Occitanie,
400 bénévoles d’âges et d’horizons différents qui unissent leur énergietout au long de l’année dans la préparation du Carnaval,
2.000 élèves du primaire et du secondaire qui participent au Carnav’escòlas,
9 jours de fête dont …
6 à PAU,
2 dans deux autres villes béarnaises
1 en Aragon (Espagne).
150 000 visites par an sur le site Web,
Carnaval de Pau 2013

La tradition 

Il est une histoire fantastique qui mobilise tout le Béarn : celle du retour d’exil de Sa Majestat Sent Pançard et de sa cour. Une histoire au coeur de cette  manifestation . A partir de l’Aragon, il traverse les villages béarnais pour rejoindre la capitale Pau. Il est un moyen d’échange et de valorisation du patrimoine culturel et linguistique. Il concerne aujourd’hui toute une région et même au-delà.

Le thème

Après avoir traversé les Pyrénées et cheminé donc à travers le Béarn, Sent Pançard, magnifique, hautain, ventru, écarlate, arrive enfin à Pau, entouré de son escorte personnelle. Alors, la joyeuse troupe passe la sèga (la barricade) et Sa Majestat avance lentement vers la Mairie où il est accueilli par Mme la Maire. Celle-ci lui donne les clés de la Ville. Enfin le peuple s'en va au chapiteau où Sent Pançard présente un spectacle.

Sur le même sujet

Les + Lus