Cet article date de plus de 8 ans

Le drone, nouvelle arme des agriculteurs

 Un drone destiné à aider les agriculteurs a été testé sur des champs de céréaliers dans la Vienne. Cette machine autorise des captures de photos jusqu'à 2 cm de résolution.
En Suisse, les agriculteurs utilisent des drones pour combattre la prolifération des chenilles processionnaires
En Suisse, les agriculteurs utilisent des drones pour combattre la prolifération des chenilles processionnaires © Maxppp

De loin, on dirait un jouet télécommandé.

De près aussi: une aile orange bricolée avec son hélice sur le nez. Sauf que ce petit drone qui survole les champs pour les photographier est en passe de devenir le meilleur allié de l'agriculteur.
Avec ses 2,20 m d'envergure et ses deux petits kilos, l'appareil d'Airinov, la start-up de trois jeunes gens diplômés en informatique, est capable de livrer un diagnostic agronomique pointu et de guider le cultivateur vers une utilisation optimale des intrants.


Des images jusqu'à 1,5 cm de résolution

"On fait l'état d'état des lieux d'une culture à l'instant T: on est capable de descendre jusqu'à 1,5 cm de résolution", explique le PDG, Florent Mainfroy.
Comme ceux utilisés à des fins militaires, le drone entièrement automatique et guidé par GPS est lâché au-dessus de la parcelle, à 150 m de hauteur environ: muni de capteurs et d'une caméra ventrale, il effectue ses clichés en un seul passage.
A ce stade, il mesure l'état du couvert végétal d'après le taux de chlorophylle de la plante. Ce qu'il cherche à capter, c'est la lumière réfléchie par la plante - la réflectance - qui renseigne sur l'état de la photosynthèse et l'hygrométrie. Ce qui permet aussi de mesurer les différences singulières d'une terre à l'autre en cas de remembrement.

La start-up en plein développement a expérimenté ses premiers drones dans la Vienne

Pour leur première saison de récoltes et leurs 200 premiers clients, les drones d'Airinov se sont concentrés sur les cultures de colza. Mais on peut choisir de mesurer d'autres variables agronomiques, selon Romain Faroux, le directeur commercial.
Si le siège est à Paris, c'est grâce à ses origines familiales qu'il a pu mener ses expérimentations en plein champ sur l'exploitation de ces parents qui sont céréaliers dans la Vienne.

Les drones vont remplacer à terme les satellites

"Les satellites étaient déjà largement utilisés en agriculture de précision. Le drone apporte un surcroît de souplesse" souligne Romain Faroux.
Il lui faut moins d'une heure pour photographier une centaine d'hectares (facturés 15 euros l'ha). Et contrairement aux satellites, les nuages ne le gênent pas. "Seule la pluie l'empêche de voler" précise le jeune homme.
On est loin du tracteur de son père. Le clivage est pourtant beaucoup moins générationnel qu'attendu. Beaucoup d'agriculteurs comptent passer bientôt la main à leurs fils et s'équipent en outils informatiques et électroniques. Cela correspond aussi à une démarche constructive par rapport à l'environnement.
Avec AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture