Les producteurs de Cognac inquiets font analyser leur production

Les producteurs de Cognac et les maisons de négoce de Charente sont très inquiets, des conteneurs entiers de Cognac sont bloqués aux frontières de la Chine, des taux trop importants de phtalates selon la nouvelle règlementation chinoise ont été trouvés dans le Cognac français


La Chine est le 2ème pays importateur de Cognac et sa décision de bloquer tous les arrivages de la production française cognaçaise à ses frontières sème la panique dans le milieu du Cognac. La Chine à dernièrement baissé le seuil de tolérance du taux de phtalates dans les produits , il doit être inférieur à 0,3 mg par kilo. Conséquence, les laboratoires d'analyses sont sollicités par de nombreux professionnels pour s'assurer de la qualité de leur production. La concentration serait vraisemblablement plus élevée dans les alcools anciens, due au vieillissement et aux tuyaux utilisés à l'époque. Depuis quelques années déjà, la plupart des viticulteurs ont modifié leurs outils de travail et sont équipés de tuyaux utilisés pour le transfert d'alcool, qui répondent à de nouvelles normes.

Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac, le BNIC a refusé de s'exprimer dans ce reportage. 
Explications Maylis Chauvin et Christophe Guinot, intervenants : Bertrand Leauté, Directeur technique du Laboratoire expertises et conseils à Cognac, Gabriel Moine,Chef d'exploitation du domaine "Les frères Moines".




Les phtalates sont des composés chimiques que l'on retrouve dans certains tuyaux, c'est un produit utilisé pour assouplir le plastique notamment. Les  effets toxiques du phtalate reconnu comme perturbateur endocrinien dépend de son type et de sa concentration

Pour en savoir plus cliquez ici



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité