L'histoire des ponts de Bordeaux se raconte en sept épisodes

Une remontée dans le temps pour cette histoire qui débute en 1822 avec le pont de Pierre et se continue en 2013 avec ce Pont Chaban-Delmas.

On a longtemps cru la Garonne à Bordeaux indomptable. Ils sont aujourd'hui 7 ponts à enjamber ce fleuve et à rapprocher les deux rives.


Le Pont de pierre : l'ancêtre mémoire de la ville

Il fut pendant très longtemps le seul moyen de pouvoir franchir la Garonne. Il a été inauguré en 1822. Véritable mémoire de la ville il est de toutes les photos et de toutes les cartes postales de la ville, bien ancré dans le paysage. En 1807, Napoléon ordonne la construction d'un pont à Bordeaux parce qu'il a des difficultés à traverser cette Garonne pour aller faire la guerre en Espagne.
Longtemps il a été reproché à cet unique pont traversant la Garonne d'être trop étroit. La décision de le détruire puis de reconstruire au même emplacement un autre pont avait même été prise en 1941. Il ne doit donc sa survie qu'à la guerre qui a bloqué le projet. Par crainte d'effondrement,
Depuis 1978 il fait l'objet d'une observation constante. Pour cela, il est équipé de nombreux capteurs.

Le pont saint jean

Le pont de pierre étant insuffisant, il fut décidé de construire d'urgence un ouvrage destiné à le doubler. Il fut réalisé en 1965. Le pont Saint-Jean est en béton, à six travées reposant sur cinq piles.  Il faut remarquer que ce pont Saint Jean aura été l'un des rares ponts à ne pas susciter de controverse particulière.

Le pont d' Aquitaine

Un géant victime de son succès La première pierre est posée le 20 mai 1960. C'est un pont suspendu de 679 mètres en trois travées. L'inauguration eut lieu le 6 mai 1967 et un grand bal y a été donné. Pour l'anecdote : Le bal avait lieu au milieu du pont, juste sur la partie suspendue, le public qui dansait en cadence, a fait bouger le pont. On a cru un moment que l'ouvrage  allait s'effondrer.

Pont Eiffel

Le trafic ferroviaire doit lui aussi traverser la Garonne. Il était urgent de faire sauter le bouchon ferroviaire de Bordeaux en remplaçant le vieux pont Eiffel par  le pont Garonne en mai 2008. Le pont d'Arcins ou François Mitterrand. Ce pont en biais doit son nom à l'île d'Arcins toute proche. Sa mise en circulation à la fin de l'année 1993 va soulager donc le trafic du pont d'Aquitaine. Il permet le bouclage de la rocade bordelaise et le raccourcissement du contournement de Bordeaux. Laissé ouvert quelques jours avant l'arrivée du flux de voitures il a fait la joie des badauds.

Le Pont du Médoc : le pont qui n'a jamais vu le jour 

Ce fut Au début des années 1990,  un pont qui  aurait dû être construit au débouché du cours du Médoc, dans le quartier des Chartrons.
le projet fut mené par l'architecte Santiago Calatrava. Est-ce que la place laissée était suffisante pour laisser passer les bateaux ? Nous ne le saurons jamais car ce pont ne sera, finalement, jamais construit.


Le pont Chaban-Delmas :  le dernier venu 

Longtemps été désigné affectueusement par les bordelais le Bont BABA, il porte officiellement aujourd'hui le nom définitif de pont Bacalan Bastide


Afficher Ponts de Bordeaux sur une carte plus grande