Une victoire pour les anciens salariés d'Aubade, leur licenciement est jugé "sans cause réelle ni sérieuse"

La chambre sociale de la cour d'appel de Poitiers vient déclarer "sans cause réelle ni sérieuse" le licenciement de 66 ex-salariés d'Aubade par le groupe suisse Calida. Une victoire à la fois symbolique et financière pour les 66 salariés de l'usine de St-Savin fermée en 2009.

Les salariés défendus par Me Giroire-Revallier et soutenu par la CGT voulaient faire reconnaître le caractère boursier et purement financier de leur licenciement alors que celui-ci avait été prononcé pour raisons économiques à l'encontre de 101 salariés du site de St-Savin dans la Vienne.
Alors que le Calida était en 2009 en bonne santé financière, e tribunal des prud'hommes de Poitiers avait estimé qu'il s'agissait de licenciements économiques mais ces 66 salariés défendus par Me Giroire-Revallier avaient introduit un recours et ont obtenu gain de cause ce mardi 20 mars 2013.
Ils toucheront à titre de dommages et intérêts des sommes en moyenne de 30 000 euros, ces indemnités iront de 13 à 55 000 euros selon leur ancienneté.
L'usine Aubade de St-Savin avait été racheté au printemps 2005 par le groupe bonnetier suisse Calida qui a ensuite fermé le site à la fin de l'année 2009 délocalisant une partie de la production à l'étranger.