Bayonne inflige une leçon de réalisme au promu, Oyonnax

Bayonne, un temps fébrile, puis volontaire et ravageur, a infligé une dure leçon au promu Oyonnax, submergé 39 à 11 samedi au stade Jean-Dauger, avec bonus offensif à la clef pour les Basques,leaders du Top 14.

Joe Rokocoko, auteur du premier essai bayonnais, au stade Jean Dauger à Bayonne.
Joe Rokocoko, auteur du premier essai bayonnais, au stade Jean Dauger à Bayonne. © Gaizka Iroz/ AFP


Dans une partie débridée, Bayonne a été contrarié un petit quart d'heure par les joueurs de l'Ain, avant que Joe Rokococko ne signe son premier essai de la saison au départ et à la conclusion d'une contre-attaque éclair (15e).
Dans le même temps, Martin Bustos-Moyano, nouvel artificier argentin de l'Aviron, auteur de 19 points, s'est appliqué à punir méthodiquement les joueurs d'Oyonnax, progressivement poussés à davantage de fautes.

A la pause, les Basques avaient déjà creusé l'écart (22-6). Portés par leur public et l'avancée de leur pack, à l'image de la recrue Opeti Fonua, ils se mirent à jouer tous les coups à fond.

De son côté, Oyonnax courageux, a limité  -un temps- la casse, par deux pénalités d'Urdapilleta (3-3, puis 11-6). Mais jamais les joueurs de l'Ain n'ont semblé en mesure de bousculer Iguiniz et ses coéquipiers. Pas même en deuxième mi-temps, malgré l'essai de filou inscrit par Coux (22-11, 43e) peu après la reprise.

Le centre bayonnais Lovobalavu, auteur d'une grosse partie comme l'ensemble des trois-quarts bayonnais, remettait sans tarder les gaz pour l'Aviron en marquant en puissance (29-11, 53e).

Jamais les joueurs de Christophe Urios ne baissèrent les bras, car l'addition aurait pu être plus lourde encore, comme lorsque Spedding (48e) et Rokocoko (65e) échouèrent à quelques mètres de la ligne.

Oyonnax peu à peu asphyxié, le bonus offensif tendait les bras à Bayonne: Fonua (73e) et Rouet (78e) l'assurèrent, récompensant le volume de jeu de l'Aviron par une provisoire place de leader. A tester, sans doute, face à une opposition plus rompue au Top 14.

 

Les déclarations :


Christian Lanta (entraîneur de Bayonne): "On se méfiait énormément de cette équipe, donc on l'a prise au sérieux. On a bien fait. Si on n'a pas réussi à tout mettre en place dans le jeu en première mi-temps, on a au moins récolté des pénalités. Martin (Bustos-Moyano) a fait ce qu'il fallait, ça nous a beaucoup aidés. Et malgré cet essai encaissé en début de deuxième mi-temps, j'ai envie de retenir l'enthousiasme de notre équipe et cette envie d'aller chercher le point bonus. Il y avait vraiment des intentions de jeu. On est outsider du championnat, on ne va pas se priver de jouer à chaque fois qu'il faudra le faire. Maintenant on va à Toulouse. On n'a absolument rien à perdre. On y va dans un contexte difficile, on pourra évaluer notre solidité".

Christophe Urios (entraîneur d'Oyonnax): "On s'attendait à la difficulté du Top 14, mais je trouve le score relativement lourd, même si notre dernier quart d'heure a été compliqué. Mais quand tu fais 25 fautes au sol et que tu rends les ballons, en Top 14, c'est compliqué. On a appris ce qu'était le très haut niveau : quand tu fais beaucoup de fautes, c'est souvent trois points. Et quand tu perds les ballons, tu prends des contre-attaques et souvent des essais."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
top 14 sport rugby
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter