Cet article date de plus de 8 ans

Le Crédit municipal de Poitiers : un succès mitigé

A peine plus de 80 clients après deux mois d'ouverture. Le Crédit municipal de Poitiers a du mal à décoller alors qu'il propose de prêter de l'argent sur gage à des particuliers en mauvaise passe financière. 
A peine 80 clients ont franchi la porte du Crédit municipal de Poitiers, deux mois après son ouverture
A peine 80 clients ont franchi la porte du Crédit municipal de Poitiers, deux mois après son ouverture © Francetv
C'est à un Poitevin, Théophraste Renaudot, que l'on doit la création de cet établissement public de crédit et d'aide sociale connu en France depuis 1637.
Énorme succès de cette institution qui va vite être surnommée "ma tante". On parle aussi de "mettre ses bijoux au clou" lorsqu'on dépose des objets de valeur au crédit municipal en contrepartie d'argent frais. 

Ce sont essentiellement des bijoux que les gens confient au Crédit municipal, et dans 90 % des cas, l'emprunteur revient récupérer son bien, contrairement à l'activité des comptoirs de rachats d'or. Le prêt moyen s'élève à 400 € et on peu également y déposer des œuvres d'art ou des bibelots de valeur.
 
Autre activité méconnue du Crédit municipal : le placement de l'argent des particuliers à des taux souvent plus intéressant que ceux du Livret A, par exemple, comme vous allez le constater dans ce reportage de Gauthier Cazassus et Fabrice Bidault.
Le Crédit municipal de Poitiers : un succès mitigé



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique société