• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Première journée anti-gaspillage alimentaire en France

© alimentation.gouv.fr
© alimentation.gouv.fr

Le 16 octobre sera désormais la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Chaque Français jette en moyenne 20 kg d’aliments par an à la poubelle : 7 kg d’aliments encore emballés et 13 kg de restes de repas, de fruits et légumes abîmés et non consommés.

Par Agnès Haïrabedian

Le 16 octobre, journée mondiale de l’Alimentation, a été instituée journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire en France.
Pour mobiliser l’ensemble des acteurs et structurer les initiatives, Guillaume Garot, ministre délégué à l’Agroalimentaire, a proposé un Pacte de lutte contre le gaspillage alimentaire pour diviser par deux le gaspillage alimentaire d’ici 2025, soit 3,5 millions de tonnes au lieu de 7.


Le gaspillage alimentaire, c’est quoi ?

Toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à un endroit de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée, constitue du gaspillage alimentaire.

On estime qu’à l’échelle de la planète, un tiers des aliments produits pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé. Selon la FAO, ces pertes concernent environ 1,3 milliard de tonnes de denrées alimentaires par an. Nous pouvons tous lutter contre le gaspillage alimentaire. 

Selon une’étude menée par la Direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt : les  pertes  et  gaspillages  alimentaires  dans  les  métiers  de  la  restauration  représentent  en moyenne  167g/pers/repas  pour  la  restauration  collective et  211g/pers/repas  pour  la restauration commerciale.
Dans les métiers de la distribution alimentaire, les pertes et gaspillages moyens enregistrés sont en moyenne de 197t/établissement/an du type supermarché ou hypermarché (plus de 400m2 ) et de 1,6t/établissement/an pour les épiceries.
Les  métiers qui présentent les volumes de pertes et gaspillages les plus importants et nécessiteraient de ce fait une attention particulière de la part du gouvernement sont la restauration collective pour les établissements de santé et médico-sociaux, la restauration collective des lycées, la restauration commerciale traditionnelle et la grande distribution

Différentes initiatives sont proposées en Aquitaine, comme par exemple à Bordeaux où l'association Disco Soupe traversera  vers 18H les rues de Bordeaux, déguisés en fruits et légumes, en chantant et agitant nos pancartes" Je suis peut être moche mais je suis bon, mangez moi !"






Sur le même sujet

Zones bleues à Royan

Les + Lus