Un lieu pour se souvenir de Claude Nougaro

Ce sera bien-sûr à Toulouse, qu'un lieu devrait rendre hommage au chanteur Claude Nougaro qui en avait chanté les couleurs. Toulouse, sa ville natale, devrait lui consacrer un lieu, en fait deux péniches sur la Garonne qui lui était chère.

© RAYMOND ROIG / AFP
Claude Nougaro devrait enfin avoir un lieu à sa mémoire à Toulouse, sa ville natale, à l'horizon 2015, sous la forme de deux péniches amarrées près de la Garonne qui lui était chère, a indiqué sa fille Cécile jeudi.
La maison Nougaro consistera en deux péniches dont la première devrait être inaugurée fin 2014 ou début 2015 au port de l'Embouchure relié à la Garonne ;ultérieurement s'y adjoindra une seconde péniche susceptible, elle, de naviguer sur les fleuves et les canaux de France et d'Europe, a dit  celle qui inspira à l'artiste l'une de ses plus belles chansons.
Après maintes vicissitudes, le projet est non pas sur les rails, mais "sur les flots, les flots bleus, les flots verts du canal", a-t-elle dit en faisant référence
au Canal du Midi qui traverse la Ville rose.

Déjà 10 ans

Il y aura dix ans le 4 mars 2004 que l'enfant des Minimes est mort à Paris. Ses cendres ont été dispersées dans la Garonne. Mais celui qui a dédicacé "O mon pays, ô Toulouse" à sa ville natale n'y a toujours pas de lieu dédié à sa mémoire.
L'idée de maison Nougaro, défendue depuis des années, d'abord par sa dernière femme, Hélène, puis par Cécile, a été en butte à de multiples aléas.
Elle a semblé un moment pouvoir se concrétiser dans une maison éclusière sur un canal communiquant avec la Garonne en plein coeur de Toulouse,
jusqu'à ce que Cécile remette en cause en 2012 le projet tel qu'il s'élaborait jusqu'alors avec la mairie et Voies navigables de France.

Plutôt qu'un musée à la gloire du chanteur ou de la chanson française, la future maison Nougaro se veut "scène flottante et café fluvial", "refuge familial" qui non seulement rappellera la vie du chanteur, mais explorera aussi les processus de sa création et partagera ses influences, dit l'association MNO que préside Cécile.

La première péniche, actuellement au carénage, sera financée par des fonds privés et la vente par Cécile de l'appartement toulousain de son père. L'acheteur de la résidence du quai de Tounis a consenti à ce que celle-ci soit ponctuellement ouverte à des artistes ou des universitaires...
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hommage culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter