• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le président de la région Limousin ne voit pas l'utilité de “fusionner pour fusionner”

Jean-Paul Denanot, président de la Région Limousin, mercredi 15 janvier 2014, dans son bureau du conseil régional
Jean-Paul Denanot, président de la Région Limousin, mercredi 15 janvier 2014, dans son bureau du conseil régional

Jean-Paul Denanot, a réagi aux annonces faites par François Hollande lors de sa conférence de presse mardi à l'Elysée où le chef de l'Etat a annoncé qu'il envisageait de faire évoluer le nombre de régions

Par Christian Bélingard

Si le président de la République n'a pas précisé davantage le nombre de régions qui seraient en fin de compte supprimées, le député PS Thierry Mandon, codirigeant du choc de simplification voulu par François Hollande, a indiqué ce matin sur RMC que ce nombre-22 aujourd'hui en métropole- devrait passer à une "quinzaine".

Le Limousin sera-t-il concerné ?  Ce matin, Jean-Paul Denanot a rappelé dans une interview qu'il nous acccordée que "la région a l'habitude des coopérations interrégionales" et aussi "qu'elle pilote des programmes européens".  Cependant Jean-Paul Denanot a ajouté:

Je ne vois pas l'utilité absolue aujourd'hui de fusionner pour fusionner. S'il y a un rassemblement des régions, c'est pour être plus efficaces sur les politiques. Et ces politiques nous les menons déjà ensemble au sein du Massif Central, au sein des Pays de loire puisque nous sommes aussi associés au bassin de la Loire.


Le président Denanot a également parlé des coopérations dans le domaine de la santé et de l'Université conduites avec les régions Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes.

Regardez notre reportage:

vidéo- Alain Rousset plaide pour le regroupement des régions
France 3


 

Video-Jean-Paul Denanot réagit à l'annonce de la réduction du nombre de régions
Interview: Emmanuel Denanot

Pour sa part, le président de l'association des Régions de France Alain Rousset a réagi favorablement aux propos de François Hollande. Pour lui, ce qui importe "c'est les compétences des régions plus que leur taille". Voici l'interview recueillie par nos équipes:



 


Sur le même sujet

La Rochelle : Olivier Falorni candidat aux municipales de 2020

Les + Lus