• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Souleymane Koly avait présenté trois de ses pièces au festival des francophonies de Limoges

Souleymane Koly, 4 juillet 2000 / © AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Souleymane Koly, 4 juillet 2000 / © AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Né le 18 août 1944 à Nzérékoré, en Guinée, ce metteur en scène qui vient de s'éteindre dans son pays natal est considéré comme un des maîtres du théâtre en Afrique de l'Ouest et il a laissé une empreinte importante dans la culture francophone

Par Christian Bélingard

Après des études en France, il s'était installé à Abidjan, en Côte d'Ivoire, où il avait créé l'Ensemble Koteba. Souleymane Koly était à la fois danseur et metteur en scène reconnu. Il avait su créer dans ses pièces un univers scénique où l'acteur est polyvalent: danseur, musicien, chanteur, dans la grande tradition africaine, et aussi en correspondance avec les techniques de la comédie musicale américaine.

Plusieurs pièces présentées à Limoges

Le festival des Francophonies a accueilli Souleymane Koly à trois reprises; En 1986, le metteur en scène avait présenté  la pièce Atoukassé, en 1988, le public de Limoges l'avait retrouvé avec Commandant Jupiter et ses blacks nouchis, enfin en 1991, dernière participation de cet auteur prolifique avec la pièce Waranba opéra mandingue. En 1993, Souleymane Koly et Kotèba ont présenté Funérailles tropicales au Festival d'Avignon, qui met en scène Athanase Forfait Kabako, président à vie, un chef d'Etat alors en pleine agonie.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Patch, un chien sauveteur

Les + Lus