• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

J.P. Raffarin probable bénéficiaire de détournements de fonds au Sénat

4 septembre 2013 : Jean Pierre Raffarin à la tribune du Sénat. / © Maxppp
4 septembre 2013 : Jean Pierre Raffarin à la tribune du Sénat. / © Maxppp

C'est une affaire qui tombe au plus mauvais moment, à 12 jours exactement des élections sénatoriales. Nos confrères de Mediapart viennent en effet de publier une enquête sur de possibles détournements de fonds au profit de sénateurs UMP. Jean-Pierre Raffarin serait concerné à hauteur de 2000 euros.

Par Bernard Dussol

Mediapart a donc  publié une liste de probables bénéficiaires, des sénateurs UMP, à qui une association, L'Union Républicaine du Sénat (URS), aurait reversé pour 200 000 euros entre 2009 et 2012.

A cette époque l'URS a effectué de nombreux versements à destination d'une trentaine des 130 représentants UMP au Sénat pour un montant avoisinant les 210 000 €. Jean-Claude Gaudin aurait ainsi perçu 24 000 euros . Hubert Falco aurait touché 12 400 euros. Selon Le Canard enchaîné, le sénateur UMP Henri de Raincourt, fondateur et président de l'URS, aurait même bénéficié d'un virement de 4 000 euros chaque mois.

Jean-Claude Gaudin, Hubert Falco et Gérard Longuet devraient être auditionnés dans les prochaines semaines par deux juges d'instruction pour les sommes qu'ils ont perçus de la part de l'Union républicaine du Sénat.

Jean-Pierre Raffarin, sénateur de la Vienne, figure dans les probables bénéficiaires de ces versements, comme l'a reconnu son attaché de presse Jean-Claude Carle, qui reconnaît avoir signé un chèque de cette somme comme trésorier du groupe UMP en donnant l'explication suivante : " Jean-Pierre Raffarin a effectué un voyage au Canada, où il a notamment donné des conférences."
Voici sa réaction dans l'article de Médiapart :
 / © Mediapart
/ © Mediapart


Depuis plusieurs mois, des juges enquêtent avec difficulté pour qualifier ces faits pénalement : peut-on conclure à un "détournements de fonds publics" au détriment du groupe UMP ? À un "abus de confiance" au préjudice de l'URS ? Dans les rangs de l'UMP, on se réfugie derrière l'article 4 de la Constitution, qui prévoit que les groupes parlementaires "exercent leur activité librement".

Et dans le même temps le bureau du Sénat, composé de toutes les tendances politiques, vient de publier un communiqué pour préciser que les aides financières consenties aux groupes politiques par le Sénat seront désormais exclusivement destinées aux dépenses nécessaires à l’activité des groupes. 

Quant à Jean-Pierre Raffarin, il a réagi dans un communiqué en précisant : "En 10 ans je n'ai présenté qu'une seule note de frais à mon groupe politique. Elle était relative à la campagne des Français de l'étranger. J'ai fait deux missions politiques au Canada, fin 2010 et tout début 2011, au cours desquelles j'ai participé à la campagne des Français de l'étranger. L'unique remboursement de 2.000 euros que j'ai reçu est une participation au frais de ces missions."

La composition du groupe UMP au Sénat créé les 10-11 décembre 2002 :

- 94 sénateurs du Groupe du Rassemblement pour la République (RPR) sur 94

- 40 sénateurs du Groupe des Républicains et Indépendants (RI) sur 41

- 29 sénateurs du Groupe de l'Union Centriste (UC) sur 54

- 4 du Groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen (RDSE) sur 21

- 1 sénateur de la Réunion administrative des sénateurs ne figurant sur la liste d'aucun groupe (RASNAG).

Sur le même sujet

Grève des laboratoires d'analyse médicale

Les + Lus