Obsèques de Jean-Pierre Soisson : plus de 1000 personnes ont rendu hommage à l'ancien maire d'Auxerre

Les obsèques de l'ancien ministre Jean-Pierre Soisson ont lieu ce lundi 4 mars en la cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre (Yonne). Plusieurs personnalités politiques, dont Jean-Pierre Raffarin, ainsi que de nombreux locaux se sont rassemblés sur place.

La cérémonie a débuté à 15 heures. Ce lundi 4 mars, les obsèques de Jean-Pierre Soisson, plusieurs fois ministre sous Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand et ancien maire d'Auxerre (Yonne), ont été célébrées en la cathédrale Saint-Étienne de la ville qu'il a administrée pendant 27 ans.

Dans un premier temps, les pompes funèbres ont effectué à pied les centaines de mètres qui séparent le domicile de Jean-Pierre Soisson de la cathédrale. Plusieurs maires en exercice ont constitué une haie d'honneur à l'entrée du monument. Puis Jean-Pierre Raffarin, ex-Premier ministre, a prononcé l'éloge funèbre, avant que l'un des fils du disparu prenne à son tour la parole.

Des souvenirs de lui, je vais en garder 3 000.

Guy Roux,

à propos de Jean-Pierre Soisson

"Je pense que Jean-Pierre a eu les obsèques qu'il méritait, même si ce n'est pas un très grand réconfort", a déclaré un Guy Roux visiblement ému. "Il n'était pas seulement le maire qui rénovait les rues et collectait les impôts, il était toujours proche des gens."

En plus des personnalités, de nombreux habitants d'Auxerre ont fait le déplacement : environ 1 000 personnes, selon nos journalistes sur place. "Il était d'une gentillesse et d'une simplicité déconcertantes", se remémore un riverain. "On va garder le souvenir de quelqu'un de très respectable, qui a fait une très grande carrière", abonde un autre Auxerrois. "Ça fait plaisir de voir autant de monde pour l'accompagner dans son dernier voyage."

Une longue carrière politique

Pour rappel, Jean-Pierre Soisson s'est éteint le 27 février à l'âge de 89 ans. Tout a, pour lui, commencé en 1968 - année au cours de laquelle il est élu pour la première fois député de l'Yonne. Un poste auquel il sera ensuite reconduit neuf fois. Trois ans plus tard, en 1971, il accède également à la mairie d'Auxerre.

En 1974, sa carrière prend une autre dimension lorsqu'il est nommé secrétaire d'État aux Universités dans le gouvernement Chirac, alors Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing. Successivement secrétaire d'État à la Formation professionnelle, à la Jeunesse et aux Sports, il devient ministre des Sports en 1978.

► À LIRE AUSSI - Mort de Jean-Pierre Soisson : "notre dernier duc de Bourgogne", "un grand humaniste", "un épicurien"

Jean-Pierre Soisson est aujoud'hui connu pour ses nombreux revirements, notamment en 1981 lorsqu'il délaisse VGE au profit de Raymond Barre, puis en 1988, lorsqu'il entre dans le gouvernement d'ouverture de François Mitterrand. "Si Raymond Barre avait été élu, il aurait fait l'ouverture, justifiait-il à l'époque.

Sa carrière restera également entachée par les élections régionales de 1992 et 1998, où il est soupçonné d'avoir été élu à la tête de la région Bourgogne avec les voix du Front National. C'est finalement en 2011, après plus de 40 ans de politique, qu'il se retire de la vie publique.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité