Jean-Pierre Raffarin annonce qu'il va “évidemment” quitter Les républicains

jean-Pierre Raffarin aux funérailles de jacques Chirac le 30 septembre 2019 à l'église Saint-Sulpice de Paris. / © Pierre Teyssot/MaxPPP
jean-Pierre Raffarin aux funérailles de jacques Chirac le 30 septembre 2019 à l'église Saint-Sulpice de Paris. / © Pierre Teyssot/MaxPPP

L'ancien Premier ministre et ancien sénateur de la Vienne, Jean-Pierre Raffarin annonce qu'il va "évidemment" quitter le parti Les Républicains, considérant que la politique d'Emmanuel Macron est "globalement la meilleure que le pays peut avoir".

Par Christine Hinckel

Jean-Pierre Raffarin précise cependant qu'il "reste de centre droit" et qu'il n'envisage pas de rejoindre LREM. Il était l'invité ce dimanche du grand jury RTL/Le Figaro/LCI.

Je n'ai pas renouvelé ma cotisation et quand on ne renouvelle pas sa cotisation, on reste dans le parti pendant un an, avant d'en sortir. Donc je vais partir des Républicains, évidemment.
Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre


"Pas utile pour la france de fragiliser le président"

L'ancien Premier ministre (2002-2005) de Jacques Chirac s'exprime le jour même où les militants LR votent pour désigner un nouveau patron susceptible de sortir le parti du marasme. Jean-Pierre Raffarin avait soutenu la liste présidentielle de LREM lors des Européennes en mai dernier. Ces élections avaient tourné au fiasco pour Les Républicains, réduits à un résultat catastrophique (8,48% des voix).
Tout en confirmant qu'il ne participait pas au vote pour désigner le nouveau président de LR, Jean-Pierre Raffarin, 71 ans, a souligné qu'il ne rejoindrait pas LREM pour autant.

J'ai quitté la politique partisane, ce n'est pas pour y retomber.

"Je reste centre-droit. Je trouve que la politique de M. Macron, globalement est aujourd'hui la meilleure que le pays peut avoir", a-t-il estimé.

"J'évaluerai le travail qu'a fait le président et son équipe à la fin de ce quinquennat" et jusque-là "je considère qu'il n'est pas utile pour la France de fragiliser le président", a-t-il ajouté, encourageant la droite à "préparer une pensée plutôt que de s'occuper en permanence de réagir à l'actualité".
"On ne fait pas un projet avec des communiqués tous les jours contre le gouvernement", a-t-il ajouté.
 

Sur le même sujet

Les + Lus