Agriculteurs : après les manifestations, l'ardoise des municipalités

Manifestation des agriculteurs de la FNSEA à Angoulême. / © Jérôme Deboeuf (FranceTV)
Manifestation des agriculteurs de la FNSEA à Angoulême. / © Jérôme Deboeuf (FranceTV)

Ce mercredi 5 novembre a été marqué par de nombreuses manifestations d'adhérents de la FNSEA dans toute la France. Les quatre principales villes du Poitou-Charentes doivent maintenant nettoyer ou réparer certains dégâts commis. L'ardoise est salée pour les finances municipales.

Par Bernard Dussol

La Rochelle, Poitiers, Angoulême et Niort, dans ces 4 villes, ce sont des centaines de tracteurs et des milliers de manifestants qui ont répondu à l'appel lancé par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs. A chaque fois, le même scénario s'est reproduit avec épandage de lisier, lâcher de bottes de paille, pneus brûlés et installation de "fumier-drive" où les particuliers peuvent se servir gratuitement.

Comme l'indique le proverbe québecois : "C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses", mais les services généraux des municipalités riaient jaunes en contemplant les dégâts. Poitiers a même dû annoncer hier soir l'interdiction de circuler dans la rue Victor Hugo, rendue glissante et dangereuse pour les 2 roues après un déversement massif de fumier. La rue a été rouverte à la circulation ce matin.

En détail maintenant,
La Rochelle a utilisé les services de 25 agents municipaux pour une facture totale de 35 000 euros.
A Poitiers, 25 agents également mobilisés pour une fourchette de prix estimée entre 40 et 50 000 euros.
Niort a dû utiliser 30 agents pour déblayer les 90 tonnes de fumier déposées par les agriculteurs : la facture sera sensiblement équivalente à celle de La Rochelle et Poitiers.
Seule la ville d'Angoulême n'a pas communiqué le prix supporté par la collectivité pour nettoyer la ville après le passage des cortèges.

Sur le même sujet

Les + Lus