L'unique offre de reprise de l'usine Altia de Bessines est examinée ce lundi 8 décembre par le tribunal de commerce de Paris

Philippe Lassablière, le PDG de Steva, a déposé son offre après avoir réuni les fonds nécessaires. Il lui manquait 1,5 million d'euros. Mais combien de postes seront supprimés ? C'est encore l'incertitude à ce sujet.   

Le tribunal de commerce de Paris examine ce jour l'unique offre de reprise de l'usine Altia de Bessines
Le tribunal de commerce de Paris examine ce jour l'unique offre de reprise de l'usine Altia de Bessines
Le tribunal de commerce de Paris examine l' offre de reprise aujourd'hui. Mais les salariés ne seront pas fixés sur leur sort avant plusieurs jours car la décision sera mise en délibéré. 

Combien de postes seront supprimés ? C'est encore l'inconnu. Dans le projet initial 43 postes étaient sur la sellette sur 149. 

Afin de permettre au PDG de Steva de présenter une offre, Peugeot et l'équipemetier automobile Mecaplast, clients de l'usine de Bessines, ont tous les deux mis la main à la poche, à hauteur d'un million pour le premier et de 400 000 euros pour le second.   

Dans l'offre, le projet de presse a été retiré, ce qui pourrait avoir de nouvelles conséquences sur l'emploi. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises social économie justice