• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Olivier Falorni : la radicalisation ne se fait plus par les mosquées mais par les réseaux sociaux

Olivier Falorni, député de Charente-Maritime à l'Assemblée Nationale / © AFP
Olivier Falorni, député de Charente-Maritime à l'Assemblée Nationale / © AFP

O. Falorni, député de Charente-Maritime, est rapporteur d'une commission parlementaire sur la prévention du radicalisme religieux. Il pointe l'affaiblissement des services de renseignements et affirme qu'il faut augmenter les moyens de la surveillance des réseaux sociaux.

Par Christine Hinckel

Olivier Falorni est rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur la surveillance des filières et des individus djihadistes. Les membres de la commission vont entendre Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur mardi prochain et doivent remettre leur rapport en juin prochain.


"Ces jeunes sont de véritables bombes humaines"

Le député de Charente-Maritime indique que les parlementaires vont chercher à savoir "quels sont les moyens efficaces pour prévenir, détecter et démanteler les réseaux djihadistes ou des individus isolés." Olivier Falorni insiste sur la nécessité de mettre en place une alternative à la prison pour les individus qui reviennent en France après avoir fait le djihad en Syrie ou en Irak, des jeunes qu'il qualifie de "bombes humaines".

"On voit qu'il y a une islamisation dans les prisons et que l'on ne sait pas traiter les jeunes partis faire le djihad et qui reviennent sur le territoire français et qui sont de véritables bombes humaines."

O.Falorni : "ces jeunes sont de véritables bombes humaines"
Extrait JT DU 08/01/2015. France 3 Poitou-Charentes


Renforcer la surveillance de la toile

Olivier Falorni indique aussi que la réflexion et les propositions de la commission parlementaire portera sur la nécessité de renforcer aujourd'hui les moyens des services de renseignements français en particulier pour leur donner les moyens de surveiller la toile.

Les vidéos postées sur internet sont "les meilleurs moyens de propagande" affirme O.Falorni qui ajoute qu'aujourd'hui la radicalisation ne se fait plus par les mosquées. Ces sont les réseaux sociaux qui sont les outils de propagande".

O.Falorni : les réseaux sociaux sont les outils de propagande
Extrait JT du 08/01/2015. France 3 Poitou-Charentes

 

Olivier Falorni, député de Charente-Maritime et rapporteur de la commission d'enquête sur la surveillance des filières et des individus djihadistes, était l'invité du JT de France 3 Poitou-Charentes, le 8 janvier 2015. Pour retrouver l'interview de l'actualite, le site de France 3.

Sur le même sujet

Emilie Beau

Les + Lus