Dopage : le cycliste charentais Lloyd Mondory contrôlé positif à l'EPO

Le Charentais Lloyd Mondory,  de l'équipe AG2R-La Mondiale, a fait l'objet d'un contrôle positif à l'EPO le mois dernier, annonce ce mardi l'Union cycliste internationale (UCI). Le cycliste âgé de 32 ans a subi ce contrôle inopiné le 17 février dernier.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Professionnel depuis 2004, il a accompli toute sa carrière sous le maillot de l'équipe AG2R La Mondiale.
Vainqueur de la Coupe de France en 2006, il ne compte que deux participations au Tour de France en 2009 et 2010.
Depuis le début de la saison, Mondory a participé notamment à la Clasica Almeria en terminant 7ème, deux jours avant son contrôle antidopage positif.
Le coureur "a le droit de demander l'analyse de l'échantillon B et d'y assister", a précisé l'UCI.
Il revient maintenant à la Fédération française d'ouvrir une procédure disciplinaire à l'encontre du coureur.


"Un sentiment de trahison" 

Le responsable de l'équipe AG2R, Vincent Lavenu, s'est dit dévasté.
"J'ai honte, j'ai honte, j'ai honte", a réagi Vincent Lavenu, manager de l'équipe française, après la révélation de ce cas par l'Union cycliste internationale (UCI), en marge de Paris-Nice.

"J'ai un sentiment de trahison, ça fait douze ans qu'il est avec nous, l'équipe est salie", a ajouté le responsable de l'une des deux formations françaises présentes en première division (WorldTour), inquiet sur l'avenir de son groupe.

Vincent Lavenu a annoncé avoir reçu le soutien de son parraineur sur la poursuite de l'activité de l'équipe.
Mais il s'est montré évasif sur son avenir personnel. "Je veux faire le point après Paris-Nice. Je prends ça comme un échec, un vrai échec", a-t-il dit après avoir détaillé les mesures adoptées (notamment la mise en place de contrôles supplémentaires pour dépister des addictions) suite aux deux cas positifs intervenus précédemment dans son équipe, ceux des Français Steve Houanard (2012) et Sylvain Georges (2013).