Cet article date de plus de 6 ans

1er mai : le marché des clochettes porte-bonheur

Le marché du muguet du 1er mai est lucratif pour les producteurs, mais la pluie ce matin n'a pas favorisé les ventes
le muguet du 1 er mai
le muguet du 1 er mai © maxppp
Il est à 85% produit dans la région nantaise, le muguet du premier mai est une tradition et aussi un marché qui représente plus de 26 millions d'Euros par an du côté des maraîchers. Si l'on rajoute les vendeurs des rues et les particuliers on monte jusqu'à 90 millions d'Euros. On estime que 60 millions de brins sont vendus, et cette année, il fallait débourser un peu moins de deux Euros pour offrir des clochettes porte-bonheur.

Une longue histoire


On cultivait déjà le muguet au Moyen-Âge pour l'offrir à celle que l'on aimait et au fil des ans, il est devenu le symbole des manifestations ouvrières du 1er mai à la place de l'églantine rouge. Cette fleur était portée par les ouvriers américains lors du 1 er mai 1886 pour réclamer une journée de travail de 8 heures.
Dans la région, de très nombreux vendeurs s'étaient installés aux coins des rues pour vous proposer leur muguet, mais la pluie n'a sans doute pas arrangé leurs affaires. La vente des clochettes est un moment important, résultat de 15 jours de travail, il faut donc trouver le bon emplacement et tenter de convaincre les clients d'acheter votre muguet plutôt que celui du voisin...
Reportage à Angoulême de Bruno Pillet et Cécile Landais.
durée de la vidéo: 01 min 39
Le marché du muguet

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives tendances