Arrivée de la 5G en France, le Limousin n'est pas prioritaire

Le déploiement de la 5G commence en France en cette fin d'année 2020. L'Agence Nationale des Fréquences, qui autorise les bandes de fréquences et les implantations, a publié une première carte des sites autorisés. Il y en a en Limousin, mais cela ne veut pas dire que ces sites sont ou seront actifs
C'est parti pour le déploiement de la 5G en France. Mais priorité aux grandes agglomérations où la 4G sature
C'est parti pour le déploiement de la 5G en France. Mais priorité aux grandes agglomérations où la 4G sature © Patrick Lefevre/BELPRESS/MAXPPP
Serait-ce la proximité de Noël avec le marché potentiel de smartphones et de forfaits au pied du sapin qui aurait accéléré l'ouverture de la 5G en France ? En tous les cas, les autorisations données récemment par l'Agence Nationale des Fréquences sur 15.901 sites (dans près de 7 000 communes) permettent aux opérateurs de téléphonie d'annoncer le déploiement de leurs réseaux sur le territoire.

En revanche, ce ne sera pas le même calendrier pour tout le monde. Et un site autorisé n'est pas forcément un site actif ou qui va l'être rapidement. La balle est dans le camp des opérateurs.

SFR a commencé avec Nice. Bouygues Télécom a annoncé 20 grandes villes ce mardi 1er décembre. En Nouvelle-Aquitaine, la 1ère ville qui sera équipée de la 5G sera Pau. Orange l'annonce pour le 15 décembre parmi 160 villes. Free Mobile reste pour l'heure sur la réserve.

Et en Limousin ?

Il y en aura en Limousin comme ailleurs. L'Agence Nationale des Fréquences édite une localisation des sites autorisés, site par site, région par région. Cette autorisation n'est qu'un critère administratif qui autorise les opérateurs de téléphonie à installer leurs antennes, souvent aux côtés ou en remplacement d’antennes 4G déjà en service.
 

Le 20 novembre 2020, l’ANFR a autorisé les opérateurs de téléphonie mobile à déployer leur réseau 5G sur 121 sites en Limousin. 120 sites sur la fréquence 700 MHz et 1 site sur 3,5 GHz. Mais quand seront-ils activés ? Aucune date n'est donnée pour l'heure par les opérateurs.
 

Les opérateurs mobiles décident de la date d’activation des sites autorisés et indiquent à l’ANFR la date de mise en service de chaque site

Gilles Bregant, Directeur Général de l'Agence Nationale des Fréquences



Car tout dépend des besoins de ce nouveau réseau dernière génération. Ils ne se font pas sentir partout de la même façon. La priorité pour les opérateurs est d'intervenir là où la 4G sature. Et ce c'est pas encore le cas en Limousin. Quand le réseau existe, il fonctionne bien. Ce sont donc les métropoles et les grandes agglomérations, avec une forte population et des potentiels industriels importants, qui vont être équipés en priorité. La couverture nationale va donc s'étaler tout au long de l'année 2021, mais personne ne s'engage sur un calendrier actuellement, aucun des quatre opérateurs ne veut se projeter sur une période précise.

Pour l'instant, tous continuent à développer leurs investissements 4G pour une meilleure couverture du territoire, en zone rurale notamment. Il existait encore de nombreuses zones blanches. Les communes de Château-Chervix, Nexon, Coussac-Bonneval, qui se plaignaient de ne pas être encore desservies en Haute-Vienne, ont récemment été équipées par Orange. Idem pour Pradines ou Soudeilles en Corrèze et le Grand-Bourg,Saint-Vaury ou la Cellette en Creuse. 

Il s'agit d'ailleurs d'une obligation en vertu d'un accord avec l'Etat pris en 2018. Chaque opérateur s'est engagé à couvrir 5 600 sites non desservis par la 4G d'ici 2025.
 

Ce sont des sites identifiés par les collectivités locales et non par nous. Un déploiement qui a justifié l'installation de 1000 antennes-relais environ. Développer la 4G est encore pour nous notre priorité.

Guillaume Fauré Délégué régional SFR Sud-Ouest

 

Des investissements qui serviront pour la 5G ?

Les pylônes oui, les antennes-relais non. Ce sont d'autres antennes-relais qui seront installées, ce qui justifie d'ailleurs toute la contestation que l'on connaît.

Ce lancement 5G en 3,5 GHz apporte des débits jusqu’à 3 à 4 fois plus rapides que la 4G pour répondre à l’évolution des modes de consommation. Seules les fréquences 3,5GHz permettent une véritable expérience 5G. Ce réseau dernière génération est ressenti par les professionnels comme un levier de compétitivité et de développement industriel lié à l'intelligence artificielle. Déployée sur des bandes de fréquence 3,5 GHz, elle permet une navigation et une vitesse de téléchargement plus rapide, même en mobilité.

Mais l’ultra haut débit mobile suscite questionnements et appréhensions d'ordre sanitaire, écologique ou sécuritaire parmi les citoyens. Des antennes-relais sont refusées voire déjà détruites ici et là.  

Les collectivités territoriales ont leur rôle à jouer. Pas question pour nous de déployer la 5G "à la hussarde", nous le faisons en concertation avec celles et ceux qui connaissent leur territoire

Franck Aupetit, Délégué régional Orange en Nouvelle-Aquitaine





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie numérique économie