Cet article date de plus de 5 ans

Attaques terroristes à Paris : hommages et rassemblements se multiplient en Poitou-Charentes

Au lendemain des attentats qui ont frappé la capitale, des rassemblements d'hommage aux victimes s'organisent à travers le pays. Tour d'horizon en Poitou-Charentes. 
Dépôt de fleurs devant la mairie de Châtellerault (Vienne).
Dépôt de fleurs devant la mairie de Châtellerault (Vienne). © Antoine Morel, FTV

Dans la Vienne 

A Poitiers, un rassemblement est organisé ce samedi à 16 heures sur la place de l'Hôtel de Ville. De nombreuses personnalités politiques de tous bords ont fait savoir qu'elles seraient présentes à l'image du député-maire de Poitiers Alain Claeys, du président du Conseil départemental Bruno Belin et du président du Conseil régional Jean-François Macaire. 

A Châtellerault, pas de rassemblement mais des dépots de fleurs devant la mairie. 

A Loudun : rassemblement citoyen devant l'hôtel de Ville dimanche 15 à 9h30. 

Dans les Deux-Sèvres 

A Niort, la préfecture a autorisé un rassemblement silencieux devant l'hôtel de Ville ce samedi à 18 heures.

En Charente-Maritime

À La Rochelle, un moment de recueillement se tiendra à La Maison de la Charente-Maritime, lundi 16 novembre 2015 à midi.  
La préfecture a déconseillé la tenue du rassemblement que la municipalité envisageait.
Dans un communiqué, le maire de la ville Jean-François Fountaine appelle ceux qui souhaitent exprimer leur soutien aux victimes, à déposer des fleurs devant l'Hôtel de Ville, la Médiathèque Michel Crépeau, et les mairies annexes de Villeneuve-les-Salines, Mireuil et Laleu.

À Saintes, le rassemblement annoncé ce jour à 17h n'aura finalement pas lieu pour des raisons de sécurité.

À Rochefort, un appel au rassemblement est lancé pour le mardi 17 à 16h sur la place Colbert. 

En Charente

Le maire d'Angoulême Xavier Bonnefont (LR) n'encourage pas l'organisation d'un rassemblement. Le préfet du département tient un point presse en fin de journée.

Le 7 janvier, Chérif et Saïd Kouachi pénètrent dans les bureaux de Charlie Hebdo et tuent douze personnes. Parmi elles, Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honnoré. La nouvelle suscite l’effroi et l’indignation des picto-charentais qui descendent spontanément dans la rue.
Au lendemain de l’attaque, environ trois mille lycéens se réunissent devant la mairie de Poitiers, avant de manifester pour la liberté de la presse.
Le 11 janvier, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui se rassemblent à travers tout le Poitou-Charentes pour défendre les valeurs de tolérance et de liberté d’expression.
Le 13 janvier sort en kiosque le premier numéro de Charlie Hebdo, mais cette édition du journal est vite épuisée. L’intégralité des fruits de la vente est reversée à la rédaction à jamais meurtrie.
Le 7 janvier, Chérif et Saïd Kouachi pénètrent dans les bureaux de Charlie Hebdo et tuent douze personnes. Parmi elles, Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honnoré. La nouvelle suscite l’effroi et l’indignation des picto-charentais qui descendent spontanément dans la rue. Au lendemain de l’attaque, environ trois mille lycéens se réunissent devant la mairie de Poitiers, avant de manifester pour la liberté de la presse. Le 11 janvier, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui se rassemblent à travers tout le Poitou-Charentes pour défendre les valeurs de tolérance et de liberté d’expression. Le 13 janvier sort en kiosque le premier numéro de Charlie Hebdo, mais cette édition du journal est vite épuisée. L’intégralité des fruits de la vente est reversée à la rédaction à jamais meurtrie. © B. Baubit / FTV

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers terrorisme