Blessure suspecte d'un poney à Urcuit au Pays basque : " Un acte de barbarie est à ce jour la principale hypothèse"

La clinique vétérinaire ayant soigné l'équidé avance qu'"un acte de barbarie est à ce jour la principale hypothèse". Une plainte a été déposée à la gendarmerie. Une dizaine d’enquêtes ont été ouvertes en France dans le cadre de blessures de chevaux ayant parfois entraîné la mort.

© Maxppp
Les faits se sont produits dans la nuit du 25 au 26 août aux Ecuries de Linagua à Urcuit au Pays basque. La propriétaire d'une dizaine de chevaux a entendu du bruit. Elle est immédiatement allée voir ses bêtes. "Les trouvant affolées, elle a fait le tour de la propriété pour vérifier que personne ne s'y était introduit", raconte Daniel Raposo de la Fondation Brigitte Bardot"Ne voyant personne elle est rentrée, et c'est le lendemain matin qu'elle a découvert une blessure sur un poney nommé Mikado". Elle aurait le jour même déposé plainte à la gendarmerie de Bayonne. "J'ai eu la propriétaire au téléphone", explique le représentant palois de la Fondation. "Elle m'a envoyé une photo de la blessure et du certificat médical réalisé par la vétérinaire. L'animal présentait une plaie très nette de 10 cm réalisée avec un objet tranchant sur l'extérieur de la cuisse gauche. Il a été suturé".La Fondation Brigitte Bardot a d'ores et déjà assuré à la propriétaire qu'elle soutenait sa plainte et, qu'en cas de procès, son avocat serait là pour défendre l'animal. "Nous avons soutenu toutes les plaintes depuis le début de cette affaire nationale et nous le ferons à chaque fois si cela se représente", affirme Daniel Raposo. 
Selon Daniel Raposo, il ne peut s'agit d'une blessure accidentelle. 

C'est une coupure nette qui ne peut pas avoir été causée par un bout de bois ou des fils barbelés.

Daniel Raposo - Fondation Brigitte Bardot - Pyrénées-atlantiques -

Pas de lien évident

Pour l'instant, rien ne prouve que cette blessure est criminelle, mais elle intervient dans un contexte national tendu. On a appris ce jeudi qu'une ponette aurait été retrouvée morte et mutilée dans le village de Saint-Vallier, en Saône-et-Loire. Depuis plusieurs mois, plusieurs actes de cruauté ont été commis sur des équidés. La Fondation Brigitte Bardot a établi une carte de ces différentes agressions sur des équidés, la voici : 

"On approche la vingtaine d’enquêtes ouvertes", annonce Daniel Raposo. "Ça a commencé dans l’est et maintenant ça gagne le nord-ouest et le sud-est. C'est la première fois dans les Pyrénées-Atlantiques. Jusque-là, c'était des oreilles coupées, des yeux enlevés, plus rarement des parties génitales lacérées, là, c'est la première fois que c’est sous cette forme". 
 
Les faits se sont produits dans la nuit du 25 au 26 août aux Ecuries de Linagua à Urcuit au Pays basque
Les faits se sont produits dans la nuit du 25 au 26 août aux Ecuries de Linagua à Urcuit au Pays basque © Alexandre Perrin

Daniel Raposo dit avoir été contacté par le Service Départemental du renseignement territorial (SDRT) avant que cette nouvelle affaire n'éclate au Pays basque. "Ils m'ont demandé si on avait des pistes". "On se demande si on est sur un groupe de personnes qui se déplace ou d’autres groupes localisés. Ils m'ont dit qu'il y avait eu une commande du ministère de l'Intérieur pour faire la lumière sur ces cas".

Sur sa page Facebook, la gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques a appelé à la vigilance. RECOMMANDATIONS - Actes de cruauté sur les équidés 🐴 Bien que le département ne soit pas particulièrement impacté par le phénomène, un appel à la vigilance s'impose. Merci pour vos partages.

Publiée par Gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques sur Jeudi 27 août 2020


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque nature parcs et régions naturelles animaux faits divers polémique société justice police sécurité cheval