Bordeaux : envie d'aller au cinéma ? C'est possible, grâce à un drive aux Quinconces

Les salles de cinéma sont fermées mais une alternative est possible ! Une association propose des séances en drive (dans sa voiture) place des Quinconces à Bordeaux, et peut-être bientôt ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. Les recettes seront reversées aux cinémas et distributeurs en difficulté. 
© Drive In Festival

C'est l'occasion de se faire plaisir tout en aidant ceux qui sont dans la tourmente. Voilà près de deux mois que les salles de cinéma sont fermées. Le secteur est frappé par une crise sans précédent. Une association s'est constituée pour créer un festival.

Nommé le "Drive In Festival", il a deux objectifs. Redistribuer les bénéfices aux salles « dans le rouge » et divertir les Français en mal de culture et de vraies projections. Le tout en respectant les gestes barrière.

Par chance, le festival commence son tour de France avec une première étape à Bordeaux du 16 au 24 mai. Une centaine de réservations a déjà été enregistrée, alors dépêchez-vous !  

Du 16 au 24 mai à Bordeaux

Le festival posera ses valises sur la place des Quinconces dès samedi. Chaque jour un film différent sera proposé à 21 heures. Les portes du site seront ouvertes une heure avant le début de la projection. Une programmation très éclectique permettra de faire plaisir aussi bien aux enfants qu’aux plus grands, avec des films de qualité. La place coûtera à peu près le même prix qu'au cinéma, c'est-à-dire 10 euros pour les adultes et 5 euros pour les moins de 18 ans. Le son sera diffusé sur l’autoradio de votre voiture. Ne vous reste plus qu’à bien nettoyer votre par brise !

►Programmation à découvrir au bas de cette page !


Côté pratique et sécurité

Comment acheter vos billets ? Rendez vous sur le site de l’association pour les acheter. Rendez-vous ensuite au drive muni de vos billets imprimés ou sur votre téléphone. Vous n’aurez plus qu’à les montrer à travers la vitre aux bénévoles pour qu’ils puissent les scanner. Ensuite, vous n’aurez plus qu’à suivre le marquage au sol pour savoir où vous garer.

Comment mieux respecter les gestes barrière qu’en se confinant, seul ou avec ses proches, dans sa voiture ? Venez avec un masque. Son port ne sera pas obligatoire dans votre véhicule, mais si vous avez besoin à un moment donné de sortir, ou si vous êtes en contact avec les bénévoles, alors il sera obligatoire de le porter.

Durant la séance, vous devrez couper le moteur de votre voiture ainsi que la climatisation (pensons à la planète), et vos phares. Côté son, en gardant simplement le contact de votre voiture allumé, vous pourrez ainsi connecter votre autoradio sur la fréquence FM qui sera indiquée sur l’écran.

Si vous avez le moindre problème, ou la moindre question, avant ou pendant la séance, il vous suffira d’activer vos warning et un bénévole viendra vous voir. Vous savez tout !
 

220 voitures par séance sur la plus grande place d’Europe

Rien que ça. Et pour faire face à une telle esplanade, il fallait un écran à la hauteur du site. À Bordeaux, il sera de 190 m2. « Plus l’écran est grand, mieux les gens vont voir », se réjouit Martin Hamelin de l’association Drive In Festival.

Si vous n’avez pas de voiture sachez qu’un partenariat est en train de se mettre en place avec des agences de location de voiture pour que, sur les 220 places, puissent stationner 10 voitures mises à disposition pas ces sociétés. Les occuper ne vous coûtera rien. Vous pourrez vous y assoir seul ou en famille (maximum trois personnes). Mais vous ne partagerez pas l’habitacle avec des inconnus, sécurité sanitaire oblige.  " On veut privilégier les personnes défavorisées ", explique Martin Hamelin. " On veut aussi faire un système de « places suspendues », qui permettra d’ici quelques semaines de financer la place de quelqu’un d’autre en passant par la plateforme Hello Asso".

Quoi de mieux pour se faire plaisir en respectant les gestes barrière que de regarder un film sur grand écran depuis sa voiture ?
Quoi de mieux pour se faire plaisir en respectant les gestes barrière que de regarder un film sur grand écran depuis sa voiture ? © MaxPPP
 

Le cinéma pour tous, intelligent et engagé

L’association Drive In Festival compte une vingtaine de bénévoles qui s’est activée ces dernières semaines pour sauver ceux qui pouvaient l’être.  

On a vu les salles fermer, ne plus pouvoir payer leurs loyers.
Martin Hamelin n°2 de l’association


" C’est très difficile pour le cinéma indépendant et le cinéma d’art et d’essai. Nous, on se bat pour un cinéma pour tous mais intelligent et engagé. On s’est donc dit qu’il y avait une solution avec le Drive In Festival, qui en plus ne présentait pas de problème sanitaire ".  

Les bénéfices seront donc reversés aux cinémas indépendants, d’art et d’essai, mais aussi aux distributeurs en difficulté. « Nous allons passer par les syndicats. Il faut créer une liste avec eux et les acteurs de la filière pour travailler main dans la main », précise Martin Hamelin. Si vous êtes en difficulté et que vous souhaitez faire partie de cette liste vous pouvez contacter l’association à cette adresse.

Ce festival se veut éphémère. « On ne veut pas supplanter les salles », explique Martin Hamelin. Lorsque les cinémas ouvriront à nouveau leurs portes, le Drive In Festival « vivra autrement ».  

Habitants ou mairies, vous voulez que le festival passe par chez vous ? Manifestez-vous !

Les bénévoles travaillent d’arrache pieds pour faire en sorte que ce festival sillonne toute la France dans les semaines à venir. Après Bordeaux, il devrait prendre la route des Haut-de- France. Il passera aussi par Marseille mais tout reste encore à définir. Et les horizons sont ouverts.

Les mairies intéressées sont donc invitées à prendre contact avec l’association à cette adresse. Les mairies, mais aussi les habitants. « On voudrait privilégier les lieux où il y a le plus de demande de la population, même si c’est une petite ville perdue ! », dit Martin Hamelin. « On va essayer de recenser les demandes sous la forme d’une plateforme de crouwdfunding sur notre site dès le mois de juin ».

Animations en perspective

Rien n’est encore encore réellemnt fait, mais c’est un souhait de l’association qui planche sur cette idée. Celle de proposer des animations autour de ces séances de cinéma. « C’est en train de se mettre en place », nous dit-on du côté du staff. Objectif : un « Car-aoké » pour que les gens chantent dans leurs voitures sur des musiques de films mondialement connues et diffusées sur l’écran géant. Mais aussi des « blind tests » géants au cours des quels les participants répondraient, depuis leurs véhicules, sur un groupe WhatsApp créé par l’association. A suivre.

Programmation

Attention la programmation peut changer. N’hésitez pas à vous rendre sur le site internet du festival pour voir si des changements de projections ont été opérés.

Samedi 16 mai 21h : « Hippocrate » de Thomas Lilti (2014). Avec Vincent Lacoste, Reda Kateb, Jacques Gamblin et Marianne Denicourt. Le choix a été fait de lancer le festival avec un film rendant hommage au personnel hospitalier.

Dimanche 17 mai à 21h : « Les Invisibles » de Louis-Julien Petit (2019). Avec Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky.

Lundi 18 mai à 21h : « Les Combattants » de Yhomas Caillet (2014). Avec Adèle Haenal, Kevin Azais, Antoine Laurent.

Mardi 19 mai à 21h: « Whiplash » de Damien Chazelle (2014). Avec Miles Teller, J.K. Simons.

Mercredi 20 mai à 21h  : « Tomboy » de Céline Sciamma (2011). Avec Zoé Heran, Jeanne Disson, Malonn Levana, Sophie Cattani.

Jeudi 21 mai : « Comment c’est loin » de Orelsan et Christophe Offenstein (2015). Avec Orelsan, Seydou Doucouré.

Vendredi 22 mai à 21h : « Parasite » de Bong Joon-Ho (2019). Avec Song Kang-Ho, Lee Sun-Kyun, Cho Yeo-Jeong.

Samedi 23 mai à 21h : « Le Grand Bain » de Gilles Lellouche (2018). Avec Mathieru Amalric, Guillaume Canet, Benoit Poelvoorde, entre autres.

Dimanche 24 mai à 21h : « En Liberté ! » de Pierre Salvadori (2017). Avec Adèle Haenel, Pio Marmaï, Vincent Elbaz, Audrey Tautou.
 
Bande annonce du film "En Liberté !" ©You Tube


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine politique fusion des régions réforme territoriale cinéma culture insolite solidarité société