Un centre de prévention et d'action contre la radicalisation islamiste officiellement lancé à Bordeaux

Un Centre d'action et de prévention contre la radicalisation des individus (Capri) a été lancé samedi à Bordeaux pour repérer et prendre en charge les personnes en voie de radicalisation islamiste par un collège d'experts psychologues et de représentants religieux.

Ce projet associatif financé par l'État et les collectivités locales poursuit plusieurs buts :

  • Diffuser un contre-discours pour déconstruire les argumentaires radicaux et les théories du complot,
  • former les acteurs du champ social sur les signes de radicalisation
  • assurer une prise en charge psychosociale avec psychologues et experts en théologie 

Trois  acteurs ont permis la création du CAPRI :  
  • la Fédération musulmane de la Gironde, dont le recteur Tareq Oubrou s'active à la mise en place sur internet d'un contre-discours sur la propagande islamiste
  • la mairie de Bordeaux, qui souhaitait mettre en place un comité de vigilance sur la radicalisation
  • la Société de recherche et d'analyse en emprise mentale (Sfraem), présidée par l'avocat bordelais Daniel Picotin.
Le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner  avait fait le déplacement"Nous avons une réponse sécuritaire qui est indispensable mais la prévention de la radicalisation doit être une priorité nationale", a-t-il  indiqué à Bordeaux. 
"Chacun des 1.200 jeunes qui a fait l'objet d'un signalement doit être accompagné" en lui fournissant "une réponse personnalisée".
"Nous avons besoin de comprendre ce processus complexe et multiforme pour agir. Je défends une notion de prévention, d'accompagnement, mais si la sanction pénale doit intervenir, elle interviendra", a toutefois souligné M. Kanner.

De son côté, Tareq Oubrou a tenu un discours  relayé sur les réseaux sociaux par quelques hommes et femmes politiques présents : 


Un site internet (radicalisation.fr) permet d'effectuer un signalement et un numéro de téléphone (09 83 59 17 11) fournit une écoute aux familles. La prise en charge des personnes est confidentielle et gratuite.

Si le Capri mêle pour la première fois experts en emprise mentale et responsables religieux, la structure unique en France est une expérimentation. M. Kanner s'est dit "intimement convaincu que l'exemple sera suivi pour devenir un modèle dans d'autres régions".

L'Etat a soutenu le projet à hauteur de 45 000 euros et devrait doubler la somme cette année. 

Lors de cette journée de lancement, le ministre était entouré du président du conseil régional d'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, de Jean-luc Gleyze le président du conseil départemental de Gironde et d'Alain Juppé  maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole. 
Le ministre s'est ensuite entretenu avec Tareq Oubrou, le recteur de la mosquée. 



Le Capri a été officiellement présenté aujourd'hui un an après les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher. Mais il fonctionnait déjà. Mode d'emploi avec Jean-Claude Lacoste et Dominique Mazères
 

Journée de présentation du centre de lutte contre la radicalisation à Bordeaux. Le Capri a été officiellement présenté aujourd'hui, un an après les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher. Le centre doit venir en aide aux jeunes en voie de radicalisation un accueil pluridisciplinaire leur est proposé pour s'en sortir.