• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

LGV Bordeaux-Paris : 18,5 allers-retours quotidien en 2017

© ERIC SALARD
© ERIC SALARD

La SNCF aurait accepté de programmer 18,5 navettes aller-retour entre Paris et Bordeaux à partir de 2017. Seulement 13,5 allers-retours étaient prévus initialement .  

Par Delphine Vialanet

La proposition de départ de la SNCF, soit 13,5 allers-retours par jours était jugée insuffisante par la Région ALPC et la ville de Bordeaux. Après plusieurs mois de négociation, Alain Juppé et Alain Rousset auraient donc réussi à conclure un accord avec la SNCF sur 18,5 navettes TGV quotidiennes. 

Si la SNCF n'a pas encore confirmé cet accord, le maire de Bordeaux aurait annoncé que l'offre d'allers-retours entre Paris en Bordeaux serait de 18,5 par jour à partir de juillet 2017. 
Alain Juppé et Alian Rousset réclamaient 19 allers-retours. Le groupe Lisea espérait la même chose.
Vinci est le principal actionnaire de Lisea. Le groupe pilote le PPP (Partenariat Public-Privé) qui finance la construction de la ligne et en sera le gestionnaire des 340 kilomètres séparant Tours de Bordeaux pendant 50 ans
Afin de rembourser son investissement pour les travaux, Lisea percevra les péages de SNCF-Mobilités.

Davantage de rotations entrainent forcément un coût plus important pour la SNCF en péage. C'est la raison pour laquelle Guillaume Pépy voulait privilégier les nouvelles rames à deux étages, donc moins d'aller-retour (et moins de péages) pour autant de passagers transportés.


L'accord aurait été trouvé en jouant sur le coût des péages entre Paris et Tours et entre Tours et Bordeaux.

Les explications de Christian Broucaret, président de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports
Interview de Christian Broucaret Président de la FNAUT ALPC
Christian Broucaret, Président de la FNAUT Aquitaine Limousin Poitou Charentes, la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports commente les 18,5 allers-retours Paris-Bordeaux consentis par la SNCF
Interview réalisée par Guillaume Decaix et Ludovic Cagnato


Sur le même sujet

Le premier cognac périgourdin à Saint-Aulaye

Les + Lus