Manif anti-loi travail à Bordeaux : 3 jeunes jugés en comparution immédiate

Des heurts ont opposé plusieurs groupes de manifestants entre eux hier, en fin d'après-midi, à l'issue de la manifestation contre la loi travail dans le centre-ville de Bordeaux. La police, intervenue pour les séparer, est devenue la cible de ces individus masqués. Trois ont été interpellés. 

Ces personnes "ont exercé des violences à l'encontre des forces de l'ordre" indique un communiqué du parquet. Trois ont été formellement identifiés suite à une enquête de la direction départementale de la sécurité publique. 

Le communiqué précise que deux d'entre eux ont "lancé des projectiles sur les services de police chargés de la sécurisation du cortège". Le troisième se serait "interposé de manière violente à l'intervention des forces de l'ordre auprès d'un de ses amis".

Ces actes ont mis "en danger l'intégrité physique des forces de l'ordre" souligne le parquet de Bordeaux qui a décidé de renvoyer les trois auteurs identifiés à l'audience de comparution immédiate de ce vendredi après-midi.

Ils sont poursuivis pour "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique avec les circonstances aggravantes qu'elles ont été commises au cours d'une manifestation publique, avec le visage dissimulé et usage ou menace d'une arme".

Prison ferme requise


Deux mois de prison fermes ont été requis contre deux des prévenus, avec un mandat de dépôt.

Sévérité annoncée


Marie-Madeleine ALLIOT, la Procureur de la République de Bordeaux, prévient que, désormais, "le parquet procèdera au défèrement systématique des auteurs identifiés, quels que soient leurs antécédents, à chaque fois qu'il sera informé de ce type de faits".
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité