Mouvement social : prévisions de trafic d'Air France du mardi 23 septembre

Les pilotes d'Air France, en grève depuis 8 jours, ont rejeté lundi une "ultime" proposition de la direction. Plus de la moitié des avions de la compagnie sont cloués au sol dans le cadre de cette grève, la plus longue menée par des pilotes depuis 1998. Seuls 4 vols seront assurés demain à Bordeaux.

© France 3 Aquitaine

Programme des vols Air France au départ de Bordeaux , Pau et Biarritz pour la journée du mardi 23 septembre


Bordeaux - Paris Orly  : 3 vols assurés(6h10 / 9h10 / 10h25)  sur 14 vols prévus
Bordeaux - Paris Charles de Gaulle : aucun vol sur 5 vols prévus
Bordeaux - Marseille : 1 vol assuré (22h30) sur 3 vols prévus

Biarritz - Paris Orly : 4 vols assurés (7h00 / 9h10 / 15h25 / 20h55) sur 7 vols prévus

Pau - Paris Orly : 3 vols assurés (17h20 / 18h45 / 21h20) sur 7 vols prévus
Pau - Paris Charles de Gaulle : 3 vols assurés sur 3 vols prévus

Les conséquences de la grève des pilotes Air France à Bordeaux avec Cendrine Albo et Didier Bonnet
Conséquences grève Air France


Les pilotes d'Air France, en grève depuis huit jours, ont rejeté lundi une "ultime" proposition de la direction de la compagnie de suspendre temporairement le projet de développement en Europe de sa filiale low cost Transavia, à l'origine du conflit.
Plus de la moitié des avions de la compagnie sont cloués au sol dans le cadre de cette grève, la plus longue menée par des pilotes depuis 1998.

Pour tenter de trouver une issue à la crise, le PDG du groupe AF-KLM Alexandre de Juniac avait fait lundi aux syndicats une "ultime proposition":

suspendre jusqu'à la fin de l'année le projet de création de filiales de Transavia en Europe, hors France et Pays-Bas

D'ici là, il y aura "un dialogue approfondi" pour "construire avec les syndicats les garanties nécessaires", a promis M. de Juniac.
Mais pour le SNPL AF Alpa, majoritaire chez les pilotes, cette annonce

n'est qu'un écran de fumée qui n'offre pas plus de garanties que les annonces précédentes, et ne résout aucun problème

Les pilotes ont été ulcérés par la mise en garde de M. de Juniac, qui a prévenu qu'en cas de refus, il serait "contraint de dénoncer l'accord de création de Transavia France", qui limite la flotte de la low cost et encadre le détachement des pilotes volontaires d'Air France (avec l'octroi de primes).
Pour le SNPL AF Alpa, il s'agit d'une "ultime provocation". Comparant M. de Juniac à un "pompier pyromane", le syndicat appelle les pilotes à rester mobilisés et à se rassembler mardi en uniforme à proximité de l'Assemblée nationale.
Visiblement désappointé par cette réaction, le patron du groupe a estimé que

ce conflit, maintenant qu'il n'a plus de raison d'être, devrait s'arrêter. Demandez au SNPL pourquoi il continue une grève dont les motifs ne sont plus ni clairs ni justifiés


Ce week-end, le premier syndicat de pilotes avait reconduit la grève jusqu'au vendredi 26. Le préavis du deuxième syndicat, le Spaf, court jusqu'à mercredi, comme celui d'Alter (non représentatif).


Moins d'un vol sur deux mardi 

Les syndicats de pilotes ne s'opposent pas au projet de Transavia, mais aux conditions prévues par la compagnie pour développer la filiale tant en France qu'en Europe, porte ouverte selon eux à une "délocalisation" de l'emploi français.
Le groupe AF-KLM veut faire passer la flotte de Transavia France de 14 à 37 avions et souhaitait ouvrir de nouvelles bases Transavia en Europe dès 2015, avec des pilotes sous contrats locaux.
Pour Transavia France, les pilotes posent comme condition, la mise en place d'un contrat unique pour les pilotes aux commandes des gros avions, quelle que soit la marque du groupe (Air France, Transavia ou Hop!). Mais M. de Juniac martèle que faire bénéficier  les pilotes Transavia "des conditions d'Air France" conduirait la low cost, née en France en 2007, "à l'échec".
Air France a prévu d'assurer lundi 42% de ses vols en moyenne, avec un taux de grévistes de 65%, stable par rapport au week-end et quasi inchangé depuis le début du conflit. Les principaux points noirs étaient encore dans le sud: 90% d'annulations à Marseille, 78% à Toulouse, 75% à Nice, tandis que 60% des vols étaient supprimés à Lyon et 30% à Nantes. Dans les aéroports parisiens, un peu plus de la moitié des avions devaient encore rester au sol. Les vols long-courriers à Roissy étaient plus durement affectés, avec seulement un tiers des vols d'assurés.
Pour mardi, la compagnie escompte une légère amélioration, avec 48% des vols assurés et un taux de grévistes de 57%.
Le gouvernement a multiplié ces derniers jours ses appels à la fin du conflit.

Il faut que le travail reprenne


a demandé lundi le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen.

Dès la semaine passée, le Premier ministre Manuel Valls avait appelé en vain les pilotes à "arrêter" leur grève, selon lui, "pas comprise". L'Etat est actionnaire d'Air France à hauteur de près de 16%. Cette grève menace le redressement financier d'Air France.
Selon la compagnie, chaque jour de grève provoque:

 des pertes d'exploitation pouvant aller jusqu'à 20 millions d'euros par jour

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens mouvement social archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter