• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Rassemblement-Manifestation des policiers à Bordeaux

© France 3
© France 3

Les syndicats policiers se sont rassemblés ce mercredi midi à Bordeaux comme partout en France pour exprimer leur mécontentement. Le Gouvernement n'a pas tardé à réagir puisque le premier ministre a indiqué en début d'aprés midi un certain nombre de "simplification" de la procédure pénale.

Par KJ

Cela constitue un un événement rarissime pour les forces de l'ordre qui se disent "à bout", entre menace d'attentats et crise migratoire. Les syndicats, dont les responsables se sont  exprimés sur place à 13 heures, entendent protester après que l'un des leurs a été grièvement blessé par un malfaiteur en cavale, lors d'une fusillade en Seine-Saint-Denis la semaine dernière, mais leurs doléances vont bien au-delà.

Tous pointent une "explosion des violences", un "manque de moyens", des "missions peu claires", une "absence de réponses pénales" qui les conduit à appeler unanimement à se rassembler place Vendôme sous les fenêtres de Christiane Taubira et devant les tribunaux en province, ravivant la guerre police/justice.

Et les sollicitations ne risquent pas de diminuer dans les prochains mois, avec deux événements annonciateurs d'une sécurité maximale: la conférence de l'ONU sur les changements climatiques (COP21) au cours de laquelle les représentants de 195 pays sont attendus à Paris début décembre, et l'Euro-2016 de football (10 juin-10 juillet).

En 1983, une manifestation de quelque 1.500 policiers conspuant les ministres de gauche, devant le ministère de la Justice, après la mort de deux fonctionnaires tués par Action directe est restée dans les mémoires.


La réponse du gouvernement :

Manuel Valls affirme que «le message des manifestants est pris au sérieux» et est «entendu», en refusant toute «rupture» entre la police et la justice. Il annonce que la procédure pénale va être simplifiée, notamment en ce qui concerne les formalités de fin de garde à vue. Cette gestion de la garde à vue sera dorénavant allégée. Il sera désormais autorisé de récapituler dans un procès-verbal unique de fin de garde à vue l'ensemble des formalités procédurales représentatives du droit», indique le Premier ministre, qui annonce aussi la «mise en place de plateformes téléphoniques notamment pour rechercher un avocat ou un interprète». Concernant les permissions de détenus, il veut «éviter» les sorties sans «nécessité avérée».


Sur le même sujet

Les toits de la cathédrale St Front ouverts au public

Les + Lus