Trois ans de prison requis contre Banier, relaxe requise pour Eric Woerth et Stéphane Courbit

Le procureur adjoint Gérard Aldigé a requis vendredi la peine maximale contre le photographe. Il a plaidé la relaxe du député UMP Eric Woerth, poursuivi pour "recel" dans le procès Bettencourt, et l'entrepreneur audiovisuel Stéphane Courbit, jugé pour abus de faiblesse.


 Gérard Aldigé a estimé que les charges à l'encontre des deux hommes n'étaient pas suffisantes.

Le représentant de l'accusation a rappelé qu'en juin 2013, à l'issue de l'instruction du volet "abus de faiblesse" de l'affaire Bettencourt, il avait déjà "requis un non-lieu" en faveur de MM. Woerth et Courbit, ainsi que pour trois autres prévenus, l'avocat Pascal Wilhelm, le notaire Patrice Bonduelle et Alain Thurin, ex-infirmier de Liliane Bettencourt.

Le ministère public a cette après-midi requis trois ans de prison dont 18 mois avec sursis contre Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.


Toutes les réquisitions : 


- François-Marie BANIER, 67 ans, ami artiste et photographe de Liliane Bettencourt: trois ans de prison et 375.000 euros d'amende requis, "la peine maximale" prévue pour abus de faiblesse, a souligné le représentant du parquet. De plus, confiscation des biens saisis (trois assurances-vie et un ensemble immobilier)

A l'origine de toute cette affaire après la plainte déposée contre lui fin 2007 par Françoise Bettencourt-Meyers, fille unique de la milliardaire, il est jugé pour "abus de faiblesse" et "blanchiment".

- Martin d'ORGEVAL, 41 ans, compagnon du photographe, également poursuivi pour "abus de faiblesse et blanchiment": trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, et 375.000 euros d'amende.

- Patrice de MAISTRE, 65 ans, ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt: trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, 375.000 euros d'amende et confiscation d'un immeuble saisi.
Il est lui aussi renvoyé pour "abus de faiblesse" et "blanchiment".

- Carlos CASSINA VEJARANO, 67 ans, ancien gestionnaire de l'île seychelloise de Liliane Bettencourt, actuellement résidant au Mexique et absent à l'audience pour raisons médicales: deux de prison et 375.000 euros d'amende.
Il est poursuivi pour "abus de faiblesse" et "abus de confiance", délits passibles chacun de trois ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende.

- Jean-Michel NORMAND, 80 ans, un notaire de Liliane Bettencourt: un an de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende.
Il est prévenu de "complicité d'abus de faiblesse" commis par MM. Banier, d'Orgeval et de Maistre à l'encontre de la femme la plus riche de France. Ce délit est passible, également, de trois ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende.

- Eric WOERTH, 59 ans, député UMP de l'Oise et ancien trésorier de la campagne du futur président Nicolas Sarkozy en 2007: le parquet a demandé sa relaxe faute de charges et de preuves suffisantes.
Il est poursuivi pour "recel" d'une somme, au moins 50.000 euros en liquide selon un témoin, qui lui aurait été remise par Patrice de Maistre. Des faits passibles au maximum de cinq ans d'emprisonnement et 375.000 euros d'amende.

- Stéphane COURBIT, 49 ans, patron de LOV Group (audiovisuel, énergie, jeux et paris en ligne): la relaxe a été demandée, le procureur adjoint n'ayant relevé contre lui aucun fait "gravement préjudiciable" à Liliane Bettencourt.
Il est poursuivi pour "abus de faiblesse". Le 23 janvier, à la veille de l'ouverture du procès, l'entrepreneur avait accepté de rembourser à la famille Bettencourt les 143 millions d'euros investis par Liliane Bettencourt dans son entreprise.

- Pascal WILHELM, 53 ans, avocat et successeur de Patrice de Maistre comme homme de confiance de la milliardaire: relaxe requise, pour les mêmes raisons que pour Stéphane Courbit.
Il est jugé pour "abus de faiblesse".

- Patrice BONDUELLE, 52 ans, un notaire de Liliane Bettencourt: la relaxe a été requise, faute de charges suffisantes.
Il est renvoyé pour "complicité d'abus de faiblesse" commis par l'avocat Pascal Wilhelm et Alain Thurin, ex-infirmier de la milliardaire.

- Alain THURIN, 64 ans: l'ancien infirmier de Liliane Bettencourt est lui aussi poursuivi pour "abus de faiblesse", mais il a tenté de se suicider près de son domicile la veille de l'ouverture du procès et est depuis lors plongé dans un profond coma à l'hôpital. Les faits qui lui sont reprochés doivent donc être jugés ultérieurement, si son état de santé le permet, a dit le procureur adjoint, rappelant toutefois avoir requis un non-lieu à son égard à l'issue de l'instruction.


Le procès doit s'achever mercredi prochain 25 février à l'issue des plaidoiries de la défense.