Charente-Maritime : l'incinérateur d'Echillais sera mis en service début 2018

La construction de l'incinérateur a commencé à Echillais. / © Eric Vallet
La construction de l'incinérateur a commencé à Echillais. / © Eric Vallet

Le nouvel incinérateur d'Echillais a provoqué beaucoup d'oppositions, des mois de polémique, de nombreuses manifestations et même une occupation par des zadistes le 31 décembre 2014. Aujourd'hui, l'incinérateur, d'une capacité réduite par rapport au projet initial, est en cours de construction.

Par Christine Hinckel

La phase de terrassement est désormais terminée et les premiers bâtiments sortent de terre. Il s'agit des unités destinées à la réception des déchets, de traitement des biodéchets et d'incinération. Le gros oeuvre de ces bâtiments sera terminé à la fin 2016. Les premiers essais sont prévus pour l'automne 2017 avec une mise en service qui devrait avoir lieu début 2018.
Le centre de traitement des déchets d'Echillais utilise une technique bien particulière, celle du tri mécano biologique qui est mis en oeuvre avant l'incinération. Il permet de sélectionner les déchets organiques pour les transformer en compost. Un procédé décrié par par de nombreuses associations de défense de l'environnement qui voient un risque de pollution des sols. Le SIL affirme pour sa part que des contrôles seront réalisés dans les champs d'épandage.
Les explications d'Eric Vallet, Pierre Lahaye et Nadine Pagnoux-Tourret :
Les travaux de l'incinérateur d'Echillais
Reportage de Yann Salaün, Pierre Lahaye et Nadine Pagnoux-Tourret


L'incinérateur réalisé par le SIL, le Syndicat Intercommunal du Littoral, pour un coût de 86 millions d'euros va traiter les déchets ménagers des communautés de communes de Royan, Marennes, Oléron et Rochefort, soit près de 200 000 habitants et beaucoup plus en période estivale.
La particularité du centre d'échillais c'est de pratiquer le tri mécano biologique.Le coût 86 millions d'euros, un dépassement de 4 millions depuis le projet initial.

A lire aussi

Sur le même sujet

Claude Bergeaud et le Boulazac Basket : j'ai envie de rester !

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés