Charente-Maritime : à Surgères, une entreprise transforme et revend les invendus alimentaires des supermarchés

Depuis une loi de 2016, les supermarchés ont l'obligation de valoriser leurs déchets alimentaires. À Surgères, une jeune entreprise leur propose de recycler fruits et légumes qui ne peuvent plus être commercialisés. Des déchets transformés en soupe, confiture, jus de fruit pour être revendus. 
Cette confiture a été élaborée avec des fruits abîmés.
Cette confiture a été élaborée avec des fruits abîmés. © France 3 Poitou-Charentes
Récupérer les fruits et légumes abîmés dans les supermarchés des alentours, les transformer puis les remettre en rayon, c'est le cycle imaginé par Stéphane Augé, ancien commercial qui a créé son entreprise Cyfruileg il y a quelques mois à Surgères, en Charente-Maritime. 

L'entrepreneur collecte gratuitement 300 à 400 kilos de produits par semaine auprès de six enseignes. Il s'agit des fruits et légumes les plus abîmés, qui ne peuvent pas être donnés à des associations caritatives. 
 

Un dispositif gagnant-gagnant 


Pour Frédéric Grous, directeur de supermarché qui accompagne cette initiative, cela permet également de faire des économies sur les frais de retraitement, car habituellement,"on paie pour faire retraiter ces produits-là, pour un coût de 120 à 130 euros la tonne" explique-t-il.

Un dispositif gagnant-gagnant donc, d'autant plus que le supermarché récupère une marge en revendant les produits transformés.  

 
Charente-Maritime : à Surgères, une entreprise recycle les invendus alimentaires


Une fois la collecte effectuée, il s'agit de concoter des soupes, jus de fruits, et confitures en fonction des produits. 

On a testé plusieurs recettes avec des légumes, comme la carotte épicée, courgette-poivron...


"On cherche des recettes suivant nos envies, nos goûts, des découvertes. Là, c'est une première, la confiture de concombre-pomme. On a testé plusieurs recettes avec des légumes, comme la carotte épicée, courgette-poivron..." explique Barbara Lucas, agent de production. 

Pour l'instant, la gamme de Cyfruileg compte une soixantaine de produits différents. "Aujourd'hui, j'ai atteint le seuil de rentabilité, l'équilibre financier. Mais je ne crie pas victoire, il y a encore du travail à faire pour se faire connaitre et travailler avec d'autres magasins", réagit Stéphane Augé. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie environnement société