Coronavirus : sur l'île de Ré, un faux arrêté préfectoral invite les résidents non permanents à quitter les lieux

La préfecture de la Charente-Maritime s'insurge ce mercredi contre la diffusion d'un faux arrêté préfectoral sur l'île de Ré invitant les résidents non permanents à quitter l'île. Le document n'aurait cependant été diffusé qu'à une seule personne.
Communiqué de presse de la Préfecture de la Charente-Maritime
Communiqué de presse de la Préfecture de la Charente-Maritime © Préfecture de la Charente-Maritime
Serait-ce un poisson d'avril de mauvais goût ?

Selon la préfecture de la Charente-Maritime, un "faux arrêté préfectoral circule actuellement sur l’île de Ré demandant aux personnes non résidentes permanentes mais présentes actuellement sur l’île de justifier de la nécessité de leur séjour et de rejoindre leur domicile ou habitation principale".

A ma connaissance, il s'agit d'un document remis chez une seule personne.
- L. Quillet

Dans un communiqué, la préfecture "dénonce ce faux et condamne fermement la teneur de ces propos marqués par le rejet et l’intolérance", sans que l'on puisse consulter le document incriminé.

Joint cet après-midi par téléphone, Lionel Quillet, président de la communauté de communes de l'île de Ré, indique : "A ma connaissance, il s'agit d'un document remis chez une seule personne".

"Le document a été déposé sous le pas de porte d'un résident de Saint-Clément-des-Baleines", a-t-il précisé.

"C'est un comportement inapproprié", a-t-il également ajouté.

De son côté, le préfet de la Charente-Maritime "rappelle aux personnes qui ont fait le choix de se confiner dans leur résidence secondaire qu’elles doivent rester dans cette même habitation jusqu’à la levée du confinement. Elles y sont chez elles sans nécessité de se justifier".

Il précise également avoir "saisi le commandant du groupement de Gendarmerie départementale pour enquête, ainsi que le procureur de la République près le Tribunal judiciaire de La Rochelle".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société