Etat d'urgence : l'assigné à résidence rochelais retrouve sa liberté

Un Rochelais de 30 ans avait fait, dans le cadre de l'état d'urgence, l'objet d'une assignation à résidence depuis le 15 novembre. Il retrouve sa pleine liberté. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

 
Ce salarié d'une entreprise de téléphonie avait dès le lendemain de son assignation à résidence contesté cette mesure administrative.
Dans le journal Sud Ouest du 17 décembre,  le trentenaire indiquait, entre autre : « Je condamne fermement les attentats. L'islam que je prône, c'est qu'on ne tue pas les gens […] Daesh, c'est l'ennemi de l'islam et du monde entier. » Il s'était converti à l'Islam en 2006. 

Imbroglio administratif 
L'homme était sous le coup d'une assignation à résidence depuis le 15 novembre. Or deux arrêtés ont été pris : un le 15 novembre et un le 25 novembre. Le TA de Poitiers a annulé le premier arrêté au motif qu'il ne justifiait pas d'une radicalisation de l'intéressé susceptible de constituer un danger pour la sécurité publique.
Mais le second arrêté, pris en vertu de la nouvelle loi du 20 novembre, s'était substitué au premier et n'avait pas été attaqué. La mesure d'assignation restait donc valide.  
Il a été abrogé le 7 janvier par le ministère de l'Intérieur. Et donc, l'homme retrouve sa liberté.