Le procès de l'ostéopathe de l'Île-de-Ré reprend avec les dénégations de l'accusé

Après avoir été renvoyé à cause de la grève des avocats, le procès en appel pour viols et agressions sexuelles de l'ex-ostéopathe du "tout-Paris", Pierre Pallardy, a repris jeudi à Bobigny. L'accusé assure n'avoir jamais "violé physiquement" ses patientes.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Je reconnais que j'étais trop directif, je les ai sans doute heurtées psychologiquement, car je suis autoritaire, mais j'ai jamais agressé sexuellement.'
Pierre Pallardy devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis.


L'ancien fringuant ostéopathe, auteur de best-sellers sur le bien-être, est aujourd'hui un septuagénaire aux allures de retraité qui entend "démontrer son innocence" face à des "accusations odieuses". Intarissable sur ses méthodes pour "régler les problèmes de constipation et de règles douloureuses", il a expliqué dans les détails à la présidente ses techniques pour soigner "le ventre", partie du corps "centrale" dont il dit être devenu le spécialiste.

"Sur des centaines de personnes que j'ai soigné, j'ai eu des résultats extraordinaires. Pour ça, oui, j'ai touché le plexus, le pubis... J'allais directement au but", s'est-il encore justifié. Vêtu d'un sobre pantalon en velours et d'un gilet en laine, Pierre Pallardy, en pleurs en évoquant son enfance d'orphelin ballotté d'une institution à une autre, s'est dit "en dépression depuis neuf ans et demi".

En 2004, une première patiente avait déposé plainte pour agression sexuelle, finalement classée sans suite. En février 2006, une nouvelle plainte était déposée par une autre cliente, décrivant attouchements et tentative de pénétration. Ce signalement avait conduit les enquêteurs à contacter tous les patients figurant dans l'agenda du praticien qui, de fil en aiguille, allait être accusé de sept viols et 12 agressions sexuelles.

Jugé en octobre 2013 devant les assises à Paris, il avait été reconnu coupable de cinq viols et sept agressions sexuelles et condamné à dix ans d'emprisonnement. Le verdict est attendu le 12 novembre.